Arrestation du Dr Crippen à Pointe-au-Père, auj. Rimouski [31 juillet 1910]

Have strong suspicions that Crippen – London cellar murderer and accomplice are among Saloon passengers. Moustache taken off – growing beard. Accomplice dressed as boy. Voice manner and build undoubtedly a girl. (réf)

La victime, Ethel Cora Crippen. Source: The Advertiser (Adelaide, Australie) 24 Octobre 1910

Cette histoire débute à Londres, en 1910. Le Dr Hawley Harvey Crippen, dentiste de métier, avait épousé en secondes noces la charmante Cora Turner (nom de scène : Belle Elmore). Or, le docteur Crippen avait une charmante secrétaire, mademoiselle Ethel LeNeve. Ils s’entendaient bien. Très très bien, même. Tellement qu’un jour, le Dr Crippen décida que les ménages à trois étaient compliqués à gérer. Il empoisonna donc son épouse, démembra le corps et le dissimula dans le sous-sol de sa maison. Quand les voisins ou les amis demandaient des nouvelles de sa femme, le Dr Crippen leur répondait qu’elle était partie aux Etats-Unis au chevet d’un parent malade. Ou qu’elle l’avait quitté pour un autre homme. Il finit même par raconter que sa tendre épouse était décédée. Entre-temps, sa dévouée secrétaire vint habiter avec lui. On la vit porter les bijoux et les vêtements de la défunte. Les soupçons commencèrent. Qu’était-il réellement arrivée à Ether Cora Cripen ?

Scotland Yard envoya l’inspecteur Dew fouiller la maison. Sans succès. Il revint deux jours plus tard et là, ta dam, il constate l’absence, ou plutôt la fuite des deux tourtereaux. On entreprit alors une fouille plus complète de la maison et on fit une macabre découverte au sous-sol : un corps y avait été caché.

La police avait toutes les raisons de se lancer à la recherche du Dr Crippen et de sa secrétaire.

Le Dr Crippen et sa maîtresse. Source: Examiner (Launceston, Tasmanie) 24 Août 1910

Ne jamais emmener sa secrétaire en voyage
Le SS Montrose avait en ce mois de juillet 1910 deux passagers qui, à première vue, n’avaient rien de spécial. Un homme d’un certain âge et son fils. Or, l’homme avait un drôle de comportement avec son neveu en public. Il était très affectueux. Et le neveu en question avait une voix tout ce qu’il y a de plus féminine.

Pour ne pas être reconnus, le Dr Crippen avait rasé sa moustache et laissé poussé sa barbe tandis que Ethel LeNeve avait enfilé des vêtements de garçon. Ils étaient inscrit sous les noms de Rev. John Robinson et John Robinson Jr.

Leur comportement avait alerté le capitaine du Montrose, Henry Kendall. Celui-ci envoya donc un câble pour s’assurer que des policiers cueillent les suspects. Le 31 juillet 1910, les autorités policières, dont l’inspecteur Dew,  attendaient Crippen et sa secrétaire à  Pointe-au-Père (Rimouski). Le révérend John Robinson et son fils étaient démasqués. On les envoya à Québec en attendant leur extradition. Crippen et sa maîtresse avaient embarqué sur le Montrose à Anvers, le 20 juillet. Leur destination était Détroit. (réf)

Peut-être le nom du capitaine Kendall vous dit-il quelque chose. Il était le capitaine de l’Empress of Ireland lorsque celui-ci a été éperonné par le Storstad le 29 mai 1914.

 

Le capitaine Kendall et l'inspecteur Dew font la promenade sur le pont du Montrose et font le bonheur des photographes . Source: The Brisbane Courier 4 Juin 1914

Mais revenons au Docteur Crippen. Scotland Yard envoya à Québec l’inspecteur Dew et le sergent Mitchell pour cueillir les deux suspects et les ramener en Angleterre. On parla de cette arrestation dans le monde entier.

Le Petit journal. Supplément du dimanche
L’arrestation. Le Petit journal. Supplément du dimanche
Source: Bibliothèque nationale de France

Le procès du Dr Crippen à Londres dura 5 jours et le jury délibéra pendant 30 minutes. Verdict: coupable. Le Dr Crippen fut pendu à Londres le 23 novembre 1910. Quant à Ethel LeNeve, elle fut déclarée non-coupable. Elle changea de nom et mourut à Londres en 1967.

La culpabilité de Crippen remise en question
Récemment, des tests semèrent le doute quand à la culpabilité du Docteur Crippen. Le corps retrouvé dans sa maison appartiendrait plutôt à un homme. Histoire à suivre….

Le Dr Crippen au musée de Madame Tussaud Source. Wikipédia

Aussi, vous pouvez aller  »saluer » la réplique en cire du Dr Crippen au musée de Madame Tussaud de Londres.

Bibliographie

New York Times. 15 août 1910. GUARD FOR CRIPPEN ARRIVES AT QUEBEC [Page consultée le 31 janvier 2011] Adresse

BBC. [en ligne]Was Dr Crippen innoncent of his wife’s murder? [Page consultée le 31 janvier 2011] Adresse

Histoires oubliées . La malédiction de Crippen. [Page consultée le 31 janvier 2011] Adresse

New York Times. 23 novembre 1910. CRIPPEN WILL DIE EARLY THIS MORNING
[Page consultée le 31 janvier 2011] Adresse

National Archives, UK [en ligne] Hawley_Harvey_(1862-1910)_Physician_and_Murderer [Page consultée le 31 janvier 2011]
Adresse

Wikipedia [en ligne] Hawley Harvey Crippen [Page consultée le 31 janvier 2011] Adresse

Thomas Ronan [en ligne]  Was the Doctor Convicted of Killing His Wife Guilty? A London Mystery Involving an American Adulterer [Page consultée le 31 janvier 2011] Adresse

The Quebec Chronicle, 31 juillet 1910.

Billets reliés

La tragédie de l’Empress of Ireland, 29 mai 1914, d’après les journaux de l’époque

La tragédie de l’Empress of Ireland, 29 mai 1914, en images

Histoire judiciaire: Le docteur L’Indienne, un meurtrier en série? St-Jean-Port-Joli, 1829

Une mort mystérieuse (Saint-Julien-de-Wolfestown, 1888)

Fait divers (un peu macabre)… tiré des voûtes de l’histoire (St-Vallier, 1763)

About these ads
Ce contenu a été publié dans Crimes et catastrophes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Arrestation du Dr Crippen à Pointe-au-Père, auj. Rimouski [31 juillet 1910]

  1. Ping : L’affaire Cordélia Viau (Saint-Canut, 1897) | Patrimoine, Histoire et multimédia

Les commentaires sont fermés.