Un air de fin du monde [19 juin 1881]

L’éphéméride publié aujourd’hui sur le compte twitter de la Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ) se lit comme suit:

Le 19 juin 1881, des rumeurs prédisant la fin du monde inquiètent des gens de #Québec, surtout durant la nuit (réf)

Voyons ce qu’on a écrit à ce sujet dans le journal La Patrie.

La Patrie, 19 juin 1881

LA CONJONCTION DES PLANÈTES – Demain, à 8 heures du matin, aura lieu la conjonction des planètes annoncée depuis longtemps par les savants. Comme ce phénomène a toujours été accompagné de grandes perturbations atmosphériques, on s’est plu à prédire une foule de malheurs pour l’années 1881 et surtout pour le 19 juin.

En 542, trois planètes, Mars, Jupiter et Saturne, s’étant trouvées en conjonction, les historiens disent qu’il est mort de 75,000 à 120,000 personnes de la peste.

En 1666 et 1720, le même fait s’est reproduit avec les mêmes sinistres résultats.

Or, demain, toutes les planètes, excepté une, seront en conjonction; c’est pourquoi quelques prophètes de malheur ont cru devoir prédire la fin du monde pour 1881. Plusieurs fixent un délait de 1881 à 1883 ou 1887. Ils sont très bons.

Ce qu’il y a de curieux dans ces prophéties, c’est que l’Asie et l’Europe doivent être détruites avant l’Amérique et que la plupart des prédictions ont été faites avant la découverte des continents.

Nous serions peut-être sauvés.

Mais assez de plaisanterie.

Que devons-nous croire de toute cela? Voici ce que la science enseigne.

Les planètes, en corps, ne pourraient prendre, devant un soleil convenable, une attitude de danger contre l’humanité.

Il les dépasse toutes de 700 fois en poids et en volume.

Les distances sont assez grandes, dans tous les cas, pour empêcher l’effet des marées, du feu, des inondations, des autres fléaux.

Tout cela se passera de la manière la plus ordinaire.
Telle est l’opinion du professeur Swift, de Rochester.

Inutile donc de s’alarmer.

Le 19 juin s’est déroulé sans anicroche. Mais certaines personnes ont trouvé la journée longue.

La Patrie, 20 juin 1881

FAUSSE ALERTE – comme on l’avait prévu, la conjonction des planètes, hier au matin, n’a eu aucun effet sur le globe terrestre et un grand nombre de personnes sont délivrées d’une terrible anxiété. Il est de fait que les prédictions publiées depuis quelques temps avaient tellement effrayé certaines gens que s’il fut tombé un orage accompagné de foudre, hier au matin, à l’heure fixée, pour le cataclysme, plusieurs auraient peut-être perdu la raison.

Il paraît qu’à Québec, le steamer Parisian étant arrivé à trois heures, tira trois coups de canon, ce qui n’eût pas pour effet de rassurer certaines personnes qui ne dormaient que d’un oeil, en prévision de la catastrophe.

Cette fausse alerte devra servir de leçon à un grand nombre et démontrer ce qu’il faut croire des prédictions de prétendus savants qui n’ont que des notions fort incomplètes sur l’astronomie.

Le Quebec Mercury du 20 juin souligne que les confessionaux ont été pris d’assaut durant les deux jours précédent la date fatidique du 19 juin.

Billets reliés

Le passage de la comète de Halley et les journaux de Sherbrooke, Québec et Montréal [19 mai 1910]

Le 1er août 1930, on a pu voir ceci dans le ciel [objet volant identifié]

Le tremblement de terre de San Francisco [18 avril 1906]

Glissement de terrain à Notre-Dame de la Salette [26 avril 1908]

Le tremblement de terre du 20 octobre 1870

About these ads

7 réflexions sur “ Un air de fin du monde [19 juin 1881] ”

  1. Voilà qui pourrait servir de leçon aux adeptes de la théorie de décembre 2012…

  2. Et pourtant malgré l,histoire qui prouvent que les ceux qui professent la fin du monde sont toujours trompés, il semble qu’encore aujourd’hui, il y a des gens qui sont naif

  3. Oui, je me rappelle que pas plus tard que l’an passé, aux États-Unis, il y avait un monsieur Camping qui avait persuadé pleins de gens que la fin du monde était proche. Certains de ses disciplines s’étaient défaits de leurs biens; quel lendemain ça a dû être pour eux!

Les commentaires sont fermés.