100 Polonaises viennent travailler à Saint-Georges-de-Beauce [mai 1947]

Extrait de l’Action catholique, 30 mai 1947

LES JEUNES POLONAISES ACCUEILLIES A ST-GEORGES

St-Georges de Beauce, 30 – (BUP). – La population hospitalière de St-Georges de Beauce a accueilli aujourd’hui à bras ouvert le premier groupe de 40 jeunes Polonaises arrivées ici, la nuit dernière, pour travailler à la filature de M. Ludger Dionne, député de Beauce au Parlement.

En dépit de l’heure avancée de la nuit (1 heure du matin), des Beauceronnes ont distribué des rafraîchissements aux Polonaises à leur descente de l’autobus qui les avait transportées de Bangor, au Maine. Les 40 Polonaises ont fait le voyage de Francfort, Allemagne, à Bangor, en avion.

John Adams, administrateur de la filature Dionne de St-Georges, a déclaré à la "B.U.P" que les jeunes immigrantes étaient heureuses et pleines d’enthousiasme pour leur nouvelle patrie. Adams a ajouté que les jeunes filles auront des vacances de dix jours pour s’acclimater et il doute qu’elles soient employées à la filature avant deux semaines. Les dirigeants de la filature et des religieuses, qui prendront soin des Polonaises, formaient la majorité de la foule qui accueillit les jeunes filles à leur arrivée. On sait que 60 Polonaises viendront travailler bientôt à St-Georges.

MONTREAL, 30 (BUP). – 34 jeunes Polonaises, qui constituent le second groupe d’un total de 100 que M. Ludger Dionne s’est engagé à faire venir au Canada pour travailler dans sa filature de St-Georges de Beauce, survolaient aujourd’hui l’Atlantique et elles sont attendues à Montréal cet après-midi.

Premier groupe de Polonaises arrivées à St-Georges de Beauce. Extrait de l’Action catholique, 31 mai 1947,

Les 34 Polonaises font le voyage de Francfort, en Allemagne, à bord d’un appareil d’Air-Canada. Un premier groupe de 40 est arrivé par avion hier au Maine et le reste du voyage jusqu’à St-Georges de Beauce s’est effectué en autobus. Ces 40 premières Polonaises sont arrivées à St-Georges la nuit dernière. Le coût du transport des 100 Polonaises est de $45,000 et il est entièrement défrayé par M. Ludger Dionne, député de Beauce aux Communes. Les 26 dernières Polonaises sont attendues demain à Montréal.

L’Action catholique, 4 juin 1947

A lire:

Cent Polonaises ont débarqué à Saint-Georges il y a 65 ans, L’Éclaireur-Progrès, 22 septembre 2012.

Billets reliés

Aziz George Nakash, photographe arménien à Beauceville, Sherbrooke et Montréal (1892-1976)

Le patrimoine religieux de Sainte-Marie de Beauce

Transmission de la mémoire d’une région par ses aînés: l’exemple des Etchemins (Bellechasse)

6. Ces gens qui ont marqué notre histoire: Georges Pozer

About these ads

Une réflexion sur “100 Polonaises viennent travailler à Saint-Georges-de-Beauce [mai 1947]”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s