Il ne paiera pas les dettes de sa femme [1871]

Le Pionnier de Sherbrooke, 10 novembre 1871

AVIS

Je donne par les présentes avis public que CÉLINA BÉCHARD, mon épouse, ayant laissé mon domicile sans mon consentement, je ne serai ci-après responsable d’aucune dette contractée par elle en mon nom.

THÉOPHILE LABONTÉ

Brompton-Falls, 2 nov. 1871. 5-3s

Le Pionnier de Sherbrooke, 10 novembre 1871

Le Pionnier de Sherbrooke, 10 novembre 1871

On retrouve Célina Béchard et Théophile Labonté en 1881 à Wotton et en 1891 à St-Benoit Labre (Amqui).

Billets reliés

Qui est mademoiselle Guilmartin?

La bourgeoisie montréalaise secouée par un scandale [Montréal, janvier 1876]

Une histoire de bigamie [1869, St-Thomas de Pierreville]

Drame à Saint-Alban, 23 février 1890

About these ads

Une réflexion sur “Il ne paiera pas les dettes de sa femme [1871]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s