Décès de l’homme le plus fort au monde, Louis Cyr [Montréal, 1912]

John Robinson's $25,000 challenge feature--Mr. Louis Cyr strongest man on Earth--Assisted by the French Hercules Horace Barre ... Library of Congress
Louis Cyr démontrant sa force. Légende originale: John Robinson’s $25,000 challenge feature–Mr. Louis Cyr strongest man on Earth–Assisted by the French Hercules Horace Barre … 1898. Library of Congress

La Patrie, 11 novembre 1912

L’EX-CHAMPION DE HOMMES FORTS DU MONDE ENTRE DANS LA LÉGENDE
_
Louis Cyr est mort hier, chez son gendre, le docteur Aumont, après une maladie qui le minait depuis 12 ans. – Ses exploits prodigieux pendant une carrière de 28 ans.

LES FUNÉRAILLES À ST-JEAN DE MATHA
__
Louis Cyr, l’ex-champion des hommes forts du monde entier, n’est plus. En proie à une maladie mortelle depuis quelques semaines, il a succombé, hier midi, au domicile de son gendre, le Dr Z. M. Aumont, 719 rue Sainte-Catherine-Est. Triste circonstance, sa belle-mère, Mme Évangéliste Comtois, qui lui prodiguait ses soins, est décédée subitement, samedi matin, en entrant dans la chambre du malade. Mme Louis Cyr, doublement prouvée[sic], est dans un état critique.

Le défunt souffrait de nephrite chronique depuis 12 ans. Né le 10 octobre 1863, à St-Cyprien, il était donc âgé de 49 ans. Ses funérailles auront lieu mercredi matin, à St-Jean-de-Matha: ses restes quitteront la demeure du Dr Aumont pour se rendre en cet endroit sur le train de Joliette, quittant la gare Viger.

Louis Cyr, outre son épouse et sa fille, Mme Dr. Aumont, laisse quatre frères, Pierre, ex-champion des hommes forts, poids moyen: Léon, de Montréal, Jean et Napoléon de Ste-Hélène-de-Bagot: deux soeurs, Mmes Emilien Perron, de Montréal, et Moïse Hébert, de Ste-Hélène de Bagot.

Louis Cyr a occupé victorieusement l’arène pendant 28 ans, et a défait une multitude de concurrence. Pendant cette période, il a su amasser une jolie fortune, grâce à la simplicité de sa vie. Il possédait des immeubles à Montréal et une terre à St-Jean-de-Matha, où sa demeure est remplie d’une nombreuse collection de trophées. Il pesait 365 livres, il y a douze ans, mais après s’être soumis au strict régime du lait: il avait abaissé son poids à 250 livres.

C’est à l’âge de 17 ans que ce célèbre colosse a commencé sa carrière: dès sa première tentative, il défaisait à Québec le fameux Michaud, alors considéré invincible.

Peu après, il entrait dans la force constabulaire de Montréal, et se distinguait par les exploits, qui le rendirent la craint des malfaiteurs, qu’il transportait plusieurs à la fois à force de bras jusqu’au poste.

Il ouvrit ensuite un restaurant et un gymnase à Ste-Cunégonde, mais il se fatigua bientôt de cette vie trop paisible et retourna à l’arène.

En octobre 1888, à une exposition de Berthierville, il établit son premier record en soulevant une plateforme, chargée de 3,536 livres de fer en gueuse. Cette même année, lors de son passage à Troy et à Cohocs, les Canadiens-français de ces villes lui présentèrent une médaille.

Louis Cyr en 1891. Source : Wikipédia.
Louis Cyr en 1891. Source : Wikipédia.

En 1889, à St-Henri, il épaula de la main droite un poids de 265 livres; en 1890, il soulève d’un doigt un poids de 490 livres; en 1891, il lève de terre un baril de 314 livres et l’appui d’un bras sur son épaule droite; au Parc Sohmer, il résiste à 4 chevaux, pesant 1,000 chacun, et tirant en sens inverse, deux à droite, deux à gauche.

C’est alors que Richard X. Fox, éditeur de la ‘Police Gazette’, se fait son impressario [sic], et amène Cyr en tournée aux États-Unis, puis à Londres, où il établit un nouveau record en soulevant une plate-forme chargée de 3, 655 livres, et six autres records. Son séjour à Londres fut de 20 semaines, et malgré l’offre de M. Fox d’une bourse de $1,000 à qui ferait mieux, personne ne se présenta. Le champion se distingua à l’aquarium Royal de Westminster, au Tivoli, au palais de crystal de Londres sud et au Trocadéro, sous le patronage du prince de Galles. Il visita ensuite l’Angleterre, l’Ecosse, l’Irlande, l’Italie et l’Allemagne.

A son retour Cyr rencontre un Canadien-français, nommé Thérien, de Michigan, qui réussit à gagner la somme de $100, en accomplissant un de ses exploits. En 1896, à Chicago, il établit deux records, l’un en levant 987 livres d’une main, et 552 1 2 (?) d’un seul doigt.A Boston, il souleva une plate-forme, chargée de 4,000 livres.

Louis Cyr, pendant sa carrière, n’a pas rencontré un seul adversaire de taille à l’égaler, et son nom restera pour ainsi dire légendaire.

Billets reliés

Louis Cyr contre le géant Beaupré [Montréal, 25 mars 1901]

Un air de Far West chez Joe Beef [Montréal, novembre 1887]

Eugène Brosseau, champion américain de boxe amateur [1916-1917]

Golf: 20 septembre 1913, Francis Ouimet remporte le US Open

About these ads

3 réflexions sur “Décès de l’homme le plus fort au monde, Louis Cyr [Montréal, 1912]”

  1. Intéressant billet (et d’actualité avec la sortie du film que j’ai d’ailleurs beaucoup aimé!)
    Les archives d’époque et les photos sur Louis Cyr sont toujours intéressantes à découvrir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s