Enquête de la police américaine sur la Colonie du St-Esprit à Wesport [1925]

La Patrie, 19 mars 1925

ENQUETE DE LA POLICE AMÉRICAINE SUR LA "COLONIE DU S.-ESPRIT A WESTPORT
_
L’un des apôtres est appréhendé sous l’accusation de complicité. -On est à la recherche d’un nommé Eugène Richer,  fondateur de cette secte
__
LA FIN DU MONDE
__

FALL-RIVER, Mass., 19. – L’enquête de la police de Fall-River et de l’Etat du Massachusetts sur la fondation, le maintien et les principes d’une nouvelle religion fondée à Westport, Mass., il y a une huitaine d’années, par des gens venus de Ste-Agathe P.Q., Canada, recherche qui se continue, car le grand chef est encore au large, a conduit à l’arrestation d’un nommé Adélard Giasson, qui a été appréhendé rue King Philip, ces jours-ci, par l’inspecteur d’Etat Clemmey et les inspecteurs Joseph O. Dufresne et Charles A.M. Westgate, de la police de Fall-River. Giasson dès son arrestation a été conduit à la correctionnelle de New-Bedford où il a été incarcéré. Il avait été accusé de complicité à une séance du grand jury qui a eu lieu en février dernier et un mandat d’arrestation avait été émis en son nom.

La police avait été chargée de ce cas il y a environ cinq ans, à la suite de plaintes que lui avaient portées deux citoyens de Fall-River qui auraient été joués de plus de dix mille dollars par le grand chef.

LA COLONIE

La "Colonie du Saint-Esprit" voilà le nom que portait cette nouvelle organisation fondée en cette ville il y a environ huit ans. Le grand chef, un nommé Eugène Richer alias Bourgeois et Monseau, connu des croyants sous le nom de "Salut-Esprit", était venu en cette ville de Ste-Agathe, P.Q. afin de visiter des sites pour professer la nouvelle religion. Il passa quelques jours en cette ville et visita Wesport, Mass. Il retourna ensuite à ses fidèles, à Ste-Agathe, P.Q., où il leur donna un rapport détaillé de sa visite et il fut décidé d’acheter une île près de Westport Point ainsi que quelques édifices qui se trouvaient là.

Accompagné de quelques "apôtres" Richer vint s’installer à Wesport et les apôtes commencèrent leur oeuvre. De nouveaux croyants ont été enrôlés et suivant Giasson l’organisation comprend acctuellement environ deux cents colons.

L’INITATION

Pour faire partie de cette colonie, où les nouveaux colons devaient, dit-on, être un peu à l’aise, possédant une moyenne somme d’argent ou des propriétés. Tout, paraîtrait-il, était versé dans un trésor commun et les dépenses de l’organisation étaient défrayées en puisant dans ce trésor. Ce trésor en était le maintien. On plaçait aussi de cet argent sur des propriétés.

LES PRINCIPES

Certains passages de la bible étaient lus et interprétés le vendredi soir de chaque semaine par le "grand chef" ou son assistant. Tous devaient croire que Jésus-Chris était né, avait vécu mais n’était pas mort et qu’eux aussi ne mourraient jamais.

Aux exercices religieux qui avaient lieu dans une salle sur l’Ile à Westport, Mass., certains passages de la bible étaient omis car les règlements de la colonie défendaient, dit-on, aux colons, d’y croire.

LA FIN DU MONDE

Suivant les dires de deux hommes interviewés par la police, la fin du monde devait arriver quand le personnel de cette nouvelle religion aurait atteint le chiffre de 144,000. Les gens ne professant par cette religion appelés satans par les colons devaient tous périr tandis qu’eux vivraient et jouiraient des biens de la terre indéfiniment. Ils auraient des richesses indescriptibles et des pouvoirs sans nombre. Rien ne leur serait impossible. Des missionnaires devaient être envoyés dans les différentes parties du monde afin d’augmenter le personnel de l’organisation.

LES PROPRIETES

Les propriétés des colons étaient assignées à certains membres de la colonies qui, dit-on, avaient des assistants chargés d’en prendre soin, de percevoir les loyers et de retourner l’argent dans le trésor.

Suivant la police locale, la colonie possédait plusieurs propriétés dans la partie sud de la ville outre celles qui se trouvaient sur l’île à Westport. Il paraîtrait que des succursales de cette organisation existent au Canada.

RICHER

Eugène Richer alias Bourgeois et Monseau n’a pas été vu depuis deux ans, mais, tout de même, dit-on, dirigeait la nouvelle organisation par l’entremise de Giasson, son assistant. La police est actuellement à sa recherche et s’attend de l’appréhender d’ici à quelques jours car elle croit savoir où il se tient actuellement.

Billets reliés

La fin du monde [1899]

Un air de fin du monde [19 juin 1881]

L’adieu au monde [1937]

Alerte à l’imposteur! [septembre 1842]

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s