Les églises disparues du Québec

En 1981, Louise Voyer a publié Eglises disparues pour sensibiliser la population québécoise à la disparition de morceaux importants de son patrimoine religieux, en l’occurrence les églises. Elle explique d’abord les causes de la disparition d’une église (incendie, démolition, guerre, fragilité de la structure, trop petite, trop grande, etc) puis, elle présente quelques-unes de ces églises. Dans chaque fiche, on retrouve des informations sur la construction, les modifications et la disparition de l’église en question ainsi qu’une bibliographie. On peut voir des photos, des peintures et des plans de ces églises.

La disparition des églises est toujours d’actualité. Le nombre de gens qui fréquentent les églises est à la baisse. Les coûts d’entretiens sont sont à la hausse. Dans certains cas, les églises sont démolies ou reconverties. Si certaines églises deviennent des musées (comme à Rimouski) ou bien des bibliothèques (Magog), d’autres deviennent des entrepôts, des garages… La destruction d’une église doit-elle être évitée à tout prix? Sinon, quel type de reconversion serait acceptable?

Note: L’église de Saint-Philibert (1919), en Beauce, a été ravagée par les flammes hier. Perte totale.

Eglises disparues. Par Louise Voyer, Editions Libre expression, coll. Patrimoine du Québec, 1981, 168 pages.

Billets reliés:

Une réflexion sur “Les églises disparues du Québec

Les commentaires sont fermés.