Marius Barbeau: le grand sourcier

Les éditions XYZ, depuis quelques années, publient dans la collection Récit biographique de courtes biographies de personnages illustres de l’histoire du Québec. J’ai récemment lu le volume consacré à Marius Barbeau, un ethnologue qui a grandement contribué à la sauvegarde du patrimoine québécois.
sourcierCe livre s’intitule Marius Barbeau, le grand sourcier et il est écrit par Serge Gauthier. Il nous permet d’en savoir plus sur le parcours académique et professionnel de Barbeau. Ce dernier s’est démarqué de son milieu par ses études. On ne peut qu’admirer cet homme qui, en 1907, a décidé d’aller étudier l’anthropologie à l’Université d’Oxford, une discipline en pleine émergence.

Par la suite, Marius Barbeau a développé un intérêt pour la culture amérindienne. Il s’est aussi intéressé aux contes et légendes de langue française en Amérique et ce sont ces travaux-là qui font sa renommée aujourd’hui. Il a recueilli et retranscrit ces histoires qui auraient pu sombrer dans l’oubli.

Serge Gauthier, à l’aide de scènes romancées, nous permet de saisir des traits de la personnalité de Marius Barbeau. Gauthier nous montre comment Marius Barbeau conduisait ses recherches. Il était totalement dévoué à son travail, négligeant le reste. L’auteur met même en scène le sympathique Louis l’aveugle, un des informateurs de Marius Barbeau.

A la fin de l’ouvrage, il y a une chronologie des événements marquants de la vie de Barbeau et de son milieu avec en parallèle les événements marquants au Canada et dans le monde.

Marius Barbeau, le grand sourcier est un ouvrage qui s’adresse à un large public. Il s’agit d’une bonne introduction à l’oeuvre de Barbeau. Ce livre nous fait connaître un homme qui a énormément contribué à la sauvegarde de notre patrimoine en recueillant maints témoignages sur la vie d’antant et en encourageant les artistes canadiens. Ce petit livre se dévore en peu de temps, je le recommande à ceux qui s’intéressent à l’ethnologie et au patrimoine québécois.

Marius Barbeau, le grand sourcier. Serge Gauthier, XYZ éditeur, 2001, 144 pages.

Marius Barbeau
En complément:
Un musée porte son nom dans sa ville d’origine, Sainte-Marie

Clip tiré des archives de la SRC intitulé Marius Barbeau et les chants amérindiens

Billets reliés:

Une réflexion sur “Marius Barbeau: le grand sourcier

Les commentaires sont fermés.