Les historiens et l’information numérique

computerNous vivons à une époque où plusieurs tentent de restreindre leur consommation de papier, que ce soit pas conscience écologique ou pour bien pour des raisons de budget. Par exemple, des périodiques et des journaux sont publiés uniquement sur internet. Des conseils municipaux utilisent des ordinateurs portables pour échanger des fichiers lors de réunions plutôt que d’imprimer des centaines de pages. L’utilisation du papier ne cessera pas à court terme, mais les gens se tourneront de plus en plus vers des solutions numériques. Je me pose la question suivante: quel impact aura l’information numérique (courriels, médias sociaux) sur le travail de l’historien?

Du papier au format numérique

L’historien, bien souvent, travaille avec des documents en format papier. Avec l’utilisation massive de l’informatique, il se retrouvera de plus en plus confronté à des documents produits par ordinateur et diffusés par internet.

Est-ce que tous les documents numériques seront accessibles? Non. Pensons aux emails. Votre nom d’usager et votre mot de passe ne sont pas publics, à moins que vous soyez très négligent. Aussi, la quantité d’information numérique peut en freiner l’analyse. Par exemple, qui va prendre le temps d’analyser les 8000 gazouillis de quelqu’un, même s’il s’agit d’un personnage qui aura laissé sa marque dans l’histoire? Et pourtant, des informations intéressantes peuvent se glisser dans ces gazouillis. Ces derniers permettent de mieux connaître les intérêts d’une personne, ses opinions, sa personnalité…

Anciennement, on pouvait étudier la correspondance papier d’un personnage important. Maintenant, que fait-on si la correspondance des gens d’aujourd’hui est essentiellement par e-mail et messages sur les réseaux sociaux?

L’information numérique, qu’est-ce que ça vaut?

Internet nous bombarde d’information. Souvent, des informations non-vérifiées sont relayées par cette technologie. On s’emporte et hop, on veut être parmi les premiers à transmettre l’info, on laisse le bon sens de côté et l’information circule… Par exemple, le décès de l’acteur américain Patrick Swayze a été annoncé des centaines de fois par des gazouillis sur Twitter il y a quelques semaines, information qui s’est révélée fausse.

Internet peut amplifier l’impact d’un écrit. Une lettre d’opinion publiée dans un journal version papier peut ne susciter aucune réaction, mais le même texte publié sur un blogue peut engendrer de solides discussions.

Notons que les internautes peuvent échanger leurs commentaires et publier des textes sur des sujets ignorés par les médias… Internet peut se révéler un intéressant complément aux sources d’information traditionnelles.

Accordez-vous la même importance à un document sur support numérique qu’à un document imprimé sur du papier? L’important, c’est de rester critique face à tout document .

Conserver les informations pertinentes

J’aimerais bien que Bibliothèque et Archives nationales du Québec produise un document du genre A l’abri de l’oubli, mais pour les informations numériques. Faut-il conserver tous ses documents électroniques? Et après, comment fait-on pour se retrouver dans toutes ces informations? J’ai bien hâte de voir si nos courriels seront encore lisibles dans 50 ans. La technologie évolue si vite… Le risque existe que des données numériques soient perdues, faute d’équipement pour les conserver et les lire. Certains peuvent aussi effacer ces données, les croyant sans valeur. Les gens du domaine des sciences de l’information vont avoir à traiter, conserver et rendre accessible ces données.

Conclusion

En somme, l’historien devra s’adapter à la technologie. De nouveaux types de sources apparaissent grâce à l’internet. Il lui faudra adapter ses pratiques et entamer une réflexion quant à l’utilisation des documents numériques en histoire.

Source de l’image: Commission scolaire de Laval

Billets reliés:

4 réflexions sur “Les historiens et l’information numérique

  1. ParimoineQC

    Bonjour,

    Seulement pour vour dire que votre site web est très bien fait.

    C’est avec des initiatives comme les vôtres que les Québécois vont découvrir leur histoire.

    Merci encore,

    PatrimoineQC

    J’aime

  2. Très bonne question que vous abordez! L’historien de demain devra découvrir la Pierre de Rosette de l’information numérique afin de traduire ce qui se passe présentement dans notre histoire. Par contre, je ne doute pas de l’acharnement de ces professionnels maniacs d’information et de défis ultime………..
    Je continue tout de même à penser à ce que vous soulevez….. comment prévenir cette perte d’information éventuelle, maintenant que nous avons le soucis de laisser les générations futures de nous comprendre!

    P.S. J’aborde dans le même sens que PATRIMOINEQC… félicitation pour votre merveilleux travail, j’en savoure chaque ligne, même si je ne répond pas à tout vos articles…. du travail de professionnel

    J’aime

  3. Merci Dany! 😀
    Concernant la préservation de l’information numérique, on constate que c’est un sujet important pour les professionnels de l’information, spécialement les archivistes (voir le site de l’Association des archivistes du Québec). Les institutions d’enseignement tiennent maintenant compte de la réalité de l’information numériques. Elles offrent par exemple des certificats en Gestion de l’information numérique (UdeM) et des microprogrammes en gestion de l’information numérique Université Lava). La réflexion est en cours, reste à voir les résultats.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.