6. Ces gens qui ont marqué notre histoire: Georges Pozer

Au Québec et ailleurs, on nomme des routes, des rues, des bâtiments et des parcs en l’honneur de personnes qui ont marqué notre histoire. Cette série de billets a pour but de vous faire découvrir ces gens.

A Saint-Georges, en Beauce, un centre de formation professionnelle, une rue, une île et une rivière portent le nom de Pozer. Pozer fait référence à Georges Pozer, né bien bien loin de la Beauce.

Biographie

Georges Pozer est né le 21 novembre 1752 à Wilstedt (Willstaett), en Allemagne. En 1773, il traverse l’Atlantique et installe ses pénates à Schloarie, dans l’état de New York. Il épouse Magdelen Sneider, en 1776.

Le jeune couple emménage la même année à New York où Pozer s’adonne au commerce. Il possède une épicerie et une boulangerie et obtient des contrats de fournitures pour l’armée. En 1783, la situation change. La guerre d’indépendance américaine, qui dure depuis 1775, se termine par le Traité de Paris. Pozer aurait refusé de  »prêter le serment d’allégeance au comité révolutionnaire et craignant d’être arrêté » (Les premiers seigneurs et censitaires de St-Georges de Beauce et la famille Pozer, Philippe Angers, p.19 ), il quitte la colonie pour Londres.

En 1785, Pozer et sa famille arrivent au Canada et s’installent à Québec. Pozer fait fortune dans le commerce, les opérations mobilières (il va posséder jusqu’à 18 immeubles à Québec) ainsi que le prêt. Il achète même trois seigneuries: D’Aubert-Gayon et Saint-Etienne (Nouvelle-Beauce) ainsi que Saint-Normand (à Montréal).

Et Saint-Georges, dans tout cela?

C’est sur le territoire de la seigneurie d’Aubert-Gayon (Aubert-Gallion) que va se développer ce qui deviendra la ville de Saint-Georges. Comme son devoir l’exige, il a fait construire un manoir et un moulin à farine sur ses terres.

En 1817, Pozer recrute des colons provenant de son village natal de Wilstedt pour qu’ils viennent s’établir dans cette seigneurie et cultiver le chanvre. Environ 190 personnes répondent à l’appel. Malheureusement, le chanvre produit se vend mal. Aussi,  »29 d’entre eux meurent brûlés vifs ou noyés dans la rivière Chaudière lorsqu’en faisant brûler leurs abattis, ils mettent accidentellement le feu à leurs maisons et autres bâtiments  ». La vie est difficile et la plupart des colons ne restent pas.

Georges Pozer est décédé à Québec le 16 juin 1848.

Certains des descendants de Jacob Pozer ont fait leur marque en Beauce: Christian Henry Pozer (1835-1884) a été député libéral puis sénateur et John A. Pozer (1849-1890) a été maire de Saint-Georges.

Quelques faits et anecdotes

Georges Pozer, bien que protestant, a donné le terrain sur lequel a été érigé l’église (catholique) de Saint-Georges.

Il a été propriétaire de l’hôtel du Chien d’or à Québec.

Il a occupé la fontion de juge de paix.

Voici maintenant deux anecdotes qui nous font voir à quel point Georges Pozer était un personnage coloré…

Georges Pozer a été qualifié de « [t]ype original et d’habitudes excentriques » (Les premiers seigneurs et censitaires de St-Georges de Beauce et la famille Pozer p.7) par Philippe Angers dans un texte de 1927. Angers écrit qu’à la fin de sa vie, Pozer ”avait l’habitude de passer presque tout son temps sur le seuil de sa porte, revêtu d’une robe de chambre, culotte courte, souliers à boucle et coiffé d’un bonnet rouge. Il aimait à faire la causette et à fumer sa pipe sur le perron qui avançait quelque peu sur le trottoir ”. (p.22). Hélas, les habitudes de monsieur Pozer fûrent changées alors que les autorités municipales décidèrent que le-dit perron faisait partie des obstacles encombrant la voie publique… Pozer est même allé jusqu’à Kingston (Ontario) pour faire valoir ses droits, sans succès…

Pozer était reconnu pour être un avare, un défaut qui vient souvent vec la richesse…Ainsi, ”Un jour que Monsieur Pozer se promenait sur la place du marché de la Haute-Ville, dans une tenue plutôt négligée, une dame l’aperçevant le prit pour un pauvre homme, et, l’accostant, le pria de lui porte un panier rempli de légumes qu’elle venait d’acheter.

Le millionnaire, qui la reconnut, comme une de ses débitrices en retard, sourit, et s’empara du fardeau qu’il porta allègrement jusqu’à la porte de la résidence de sa locataire, qui, pour le récompenser, lui offrit un chelin. ”Gardez votre argent, dit M. Pozer d’un air narquois, ”vous vous en servirez pour me payer le loyer que vous me devez”. (p.23)

On peut dire que Georges Pozer avait tout un caractère!

Conclusion

Georges Pozer a été un homme d’affaires prospère, qui a contribué au développement de Saint-Georges de Beaux, auquel il a donné son prénom.

Bibliographie

Louise Dechêne. (Page consultée le 3 septembre) Pozer, Georges [en ligne] Adresse URL:

http://www.biographi.ca/fr/bio.php?id_nbr=3613

Philippe Angers. Les premiers seigneurs et censitaires de St-Georges de Beauce et la famille Pozer, 1927, Beauceville, l’Eclaireur limitée, 96 pages.

http://bibnum2.banq.qc.ca/bna/numtexte/173801.pdf

Jean Cournoyer. (Page consultée le 3 septembre) Saint-Georges (municipalité de ville)[en ligne] Adresse URL:

http://www.memoireduquebec.com

Billets reliés:

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Patrimoine bâti et immatériel, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 6. Ces gens qui ont marqué notre histoire: Georges Pozer

  1. Dut dit :

    J’aime Lire toutes ces anecdotes sur ces personnages qui ont marqués l’histoire Bravo

    J'aime

  2. Merci!

    Vicky Lapointe

    J'aime

Les commentaires sont fermés.