Le château disparu (Château Saint-Louis à Québec)

Avant le Château Frontenac, à Québec, il y a eu le château Saint-Louis, résidence des gouverneurs et lieu de rencontre de la haute société. Voyons brièvement l’histoire de ce château dont les derniers vestiges sont enfouis sous la terrasse Dufferin.

La résidence du gouverneur

Premier Château Saint-Louis Source: GAGNON, Ernest. Le fort et le Château Saint-Louis: étude archéologique et historique. p.21

Le premier château Saint-Louis (nommé en l’honneur du roi Louis XIII) a été construit en 1647 à l’instigation de Charles Huault de Montmagny, gouverneur de la Nouvelle-France. Ce bâtiment a servi jusqu’en 1834 de résidence pour le gouverneur.

Il s’agit d’un bâtiment de pierre d’un seul étage de 26,2 mètres sur 7,3 mètres, surmonté d’un toit en bardeau. Cet édifice sera agrandi au début des années 1680

(Réf).

L’édifice est reconstruit dès 1694 à la demande de Louis de Buade, comte de Frontenac.

Si la situation pittorsque de la ville avait séduit l’illustre gouverneur dès le début dès le commencement de son premier séjour dans la Nouvelle-France, il en fut autrement de la résidence officielle qu’il devait habiter -le Château Saint-Louis,- qu’il trouva en fort mauvais état, et dont il se plaignit en toute occasion.

(Réf. p.40 )

Plans et élévations du château Saint-Louis en 1724 par Chaussegros de Léry Source: Wikipédia

Le deuxième château sera beaucoup plus imposant que son prédécesseur. Il y aura des travaux jusqu’en 1723, sous le mandat du Pierre de Rigaud, Marquis de Vaudreuil.

Il est prévu que l’édifice fasse plus de 36 mètres de long, ait deux étages, comporte un avant-corps central et deux pavillons (un à chaque extrémité de l’édifice), le tout recouvert d’un toit en ardoise

(Réf).

L’édifice est abîmé durant les bombardements de 1759. Des rénovations seront entreprises au cours des années suivantes. Le château est agrandi et on lui ajoute un étage en 1808-1811. Il brûle le 23 janvier 1834.

Un mariage et un enterrement

Le château a été le théâtre d’un mariage, le 30 août 1797, celui de Rebecca Prescott (fille du gouverneur-général Robert Prescott) et du capitaine John Baldwin. Hélas, la mariée est décédée à Québec quelques mois plus tard…

Le château quelques années avant sa démolition

Voici un dernier témoignage décrivant le château.

Les édifices publics [de Québec] sont le château Saint-Louis, l’Hôtel-Dieu, le couvent des Ursulines, le monastère des Jésuites, actuellement converti en casernes, les cathédrales protestante et catholique, l’église écossaise, l’église de la basse-ville, la maison de Justice, le séminaire, la nouvelle prison, et les casernes de l’artillerie; il y a deux marchés, une place d’armes, une parade et une esplanade. De ces bâtiments, le château Saint-Louis étant l’objet le plus saillant sur le sommet du rocher, mérite le premier d’être remarqué; c’est un beau bâtiment de pierre, situé près du bord d’un précipice d’un peu plus de deux cents pieds de hauteur, et soutenu de ce côté par un ouvrage solide en maçonnerie, qui s’élève jusqu’à la moitié de l’édifice, et surmonté d’une galerie spacieuse d’où l’on a une vue très imposante du bassin, de l’Ile d’Orléans, de la Pointe-Lévi, et du pays d’alentour. Le bâtiment a en totalité 162 pieds de long sur 45 de large; il a trois étages mais du côté du Cap il paraît beaucoup plus haut: chaque extrémité est terminée par une aile qui donne au tout ensemble un air libre et régulier; la distribution intérieure est commode, les décorations sont pleines de goût et magnifiques, et convenables à tous les égards à la résidence du Gouverneur Général. Il fut bâti peu après que la ville eût été fortifiée par des ouvrages réguliers, par conséquent il offre assez peu de beautés qui puissent attirer l’attention; pendant une longue suite d’années il fut négligé au point qu’on le laissa dépérir, et cessant d’être la résidence du commandant en chef, il ne servit plus qu’aux bureaux du gouvernement, jusqu’en 1808, alors que le parlement provincial adopta une résolution pour le réparer et l’embellir […].

(Réf. Joseph Bouchette, en 1815, dans Description topographique de la province du Bas-Canada, cité par Ernest Gagnon p. 202 et 204.)

Le château Saint-Louis Source: Ernest Gagnon, p. 203

De nos jours…

A l’endroit où s’élevait jadis le château Saint-Louis se trouve maintenant la terrasse Dufferin.

Entre 2005 et 2007, des fouilles archéologiques ont eu lieu. Le public a pu visiter le site dans le cadre des fêtes du 400e anniversaire de Québec en 2008.

Le Lieu historique national du Canada des Forts-et-Châteaux- Saint-Louis (désigné en 2001) englobe les vestiges des deux châteaux Saint-Louis, des quatre forts Saint-Louis et des jardins.

Les vestiges du fort et du Château Saint-Louis (2008) Crédits: Vicky Lapointe

Bibliographie

GAGNON, Ernest. Le fort et le château Saint-Louis (Québec): étude archéologique et historique. Librairie Beauchemin, Montréal, 1908, 284 pages. Adresse URL: http://www.archive.org/details/lefortetlechatea00gagn

GUIMOND, Jacques. [En ligne] Forts et châteaux Saint-Louis [Page consultée le 3 avril 2010] Adresse URL:http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-263/Forts_et_ch%C3%A2teaux_Saint-Louis_%28Qu%C3%A9bec%29.html

Parcs Canada [En ligne] Lieu historique national du Canada des Forts-et-Château-Saint-Louis Structure et aménagements et forts et châteaux [Page consultée le 3 avril 2010] Adresse URL: http://www.pc.gc.ca/fra/lhn-nhs/qc/saintlouisforts/natcul/natcul3.aspx

Billets reliés

Art: Québec et ses environs (1830) par James Pattison Cockburn

Québec après les bombardements de 1759 par Richard Short

Carnet de Québec: un itinéraire en images et en mots

Le Trait-Carré de Charlesbourg

Des saisons en Nouvelle-France

Patrimoine: l’église Notre-Dames-des-Victoires (Vieux-Québec)

Pehr Kalm, un Suédois en Nouvelle-France (1748)

About these ads