Registre d’écrou de la prison de Québec: un prisonnier « dead by the visitation of God » (1834)

En fouillant dans les Registres d’écrous des prisons de Québec au 19e siècle mis en ligne par BANQ pour mettre à jour le billet La déportation d’après les registres d’écrous des prisons de Québec (Bas-Canada, 19e siècle) je suis tombée sur une mention intriguante.

Il y avait dans la fiche d’un des candidats à la déportation ces mots:   »Coroner inquest, dead by the visitation of God ».

C’est à la prison de Québec que James Ryan a été emprisonné. La prison est part la suite devenue le College Morrin, puis le Centre Morrin. On voit ici le bâtiment de la prison alors qu’il sert de collège. Photo: Fred Würtele, 1902. Source BANQ

Cet homme, James Ryan, est probablement décédé le 8 septembre 1834. Il a été emprisonné le 14 août 1833, étant alors âgé de 24 ans. C’était un  »military convict » (soldat et prisonnier) condamné à la déportation. Où devait-il être déporté? Pour combien de temps? On ne le sait pas.

41 des pensionnaires des prisons de Québec au 19e siècle ont la mention  »dead by the visitation of God » à leur dossier.

Que veut dire l’expression  »dead by the visitation of God » (visitation de Dieu)? Il faut regarder du côté du coroner.

Tous les cas de mort suspecte tombe sous son autorité [le coroner], même ceux où le médecin s’est trompé par ignorance dans le traitement de la maladie. Si le coroner et le jury ont tout lieu de reconnaître que le décès doit être attribué à des causes naturelles ou, selon l’expression anglaise, à la visitation de Dieu, visitation of God, ils constatent et expriment le fait. (Réf)

Ce type de verdict était donc rendu suite à l’examen du cadavre pour déterminer la cause du décès. Dans certains cas, c’était l’équivalent de  »mort de cause naturelle ».

Webographie

About.com [en ligne] Visitation of God [Page consultée le 1er juin] Adresse URL
Revue des deux mondes, Volume 73, p. 691 et 692 Adresse URL

Billes reliés

La déportation d’après les registres d’écrous des prisons de Québec (Bas-Canada, 19e siècle)

La petite histoire du crime: la bande à Chambers (Québec et sa région 1831-1835) Première partie

Histoire judiciaire: Le docteur L’Indienne, un meurtrier en série? St-Jean-Port-Joli, 1829

Patrimoine: des prisons qui ont une deuxième vie (première partie)

Vivre en prison: du pilori au pénitencier

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Crimes et catastrophes, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.