12. François-Xavier Garneau, historien (1809-1866)

Au Québec et ailleurs, on nomme des routes, des rues, des bâtiments et des parcs en l’honneur de personnes qui ont marqué notre histoire. Cette série de billets a pour but de vous faire découvrir ces gens.

Des rues à Lévis, Beloeil, Boucherville, Sainte-Julie et Québec, une avenue à Laval, une paroi au Saguenay-Lac-Saint-Jean ainsi qu’un cégep à Québec portent son nom. Qui était François-Xavier Garneau?

Enfance et éducation
François-Xavier Garneau est né à Québec le 15 juin 1809. Il provient d’un milieu modeste. Son père, François-Xavier, était aubergiste.

François-Xavier Garneau étudie d’abord à l’école du faubourg, puis dans une école située au sous-sol de la chapelle de la Congrégation. Garneau aurait voulu étudier au Séminaire de Québec, mais son voeu n’est pas exaucé. Alors, pendant deux ans, il travaille pour Joseph-François Perrault, greffier de la Cour du banc du roi.

Entre 1825 et 1830, il est formé à la profession de notaire auprès d’Archibald Campbell.

Gravure | Portrait de Denis Benjamin Viger | M930.50.7.11
Portrait de Denis Benjamin Viger John Henry Walker (1831-1899) 1850-1885, 19e siècle Encre sur papier – Gravure sur bois Source: Musée McCord

Les voyages forment la jeunesse
En 1828, il voyage aux États-Unis et au Haut-Canada, puis trois en plus tard, il va en Angleterre. C’est à Londres qu’il devient le secrétaire de Denis-Benjamin Viger, délégué de l’Assemblée du Bas-Canada. Ses fonctions lui permettent de rencontrer des gens qui ont marqué leur temps, tels William Lyon Mackenzie, John Arthur Roebuck, John MacGregor (statisticien) et Daniel O’Connell. Il visite aussi la France à cette époque.

En 1833, il revient à Québec. Il y fonde la même année le journal l‘Abeille canadienne, dont la parution est interrompue après deux mois.

L’année suivante, il est engagé en tant que notaire auprès de Louis-Théodore Besserer. Le 25 août 1835, il épouse Marie-Esther Bilodeau. Ils auront 10 enfants. En 1836, il est notaire à son compte puis en 1837, il devient caissier à la Banque de l’Amérique septentrionale britannique. En 1838, il est employé par la Banque du Québec.

Estampe | F. X. Garneau, historien du Canada, 1866 | M1118
F. X. Garneau, historien du Canada, 1866 Anonyme – Anonymous 1866, 19e siècle Source: Musée McCord

Selon Pierre Savard et Paul Wyczynski, c’est dès 1837 :

qu’on peut déceler la vocation de l’historien Garneau. Dans le Canadien du 15 février, il publie un extrait historique sur les combats et batailles « livrés en Canada et ailleurs auxquels les Canadiens ont pris part ». C’est son premier écrit du genre, et il procède de la même inspiration patriotique que ses poèmes. Certes, il avait copié à Londres, en 1832, à la demande de son patron, un journal du siège de Québec, dû à la plume d’un officier français, document que Viger a publié en 1836, sans que cela permette d’affirmer que Garneau ait décidé d’écrire l’histoire de son pays pendant son séjour en Angleterre. À ce moment, l’histoire intéresse un public de plus en plus nombreux qui, comme Garneau d’ailleurs, veut comprendre le présent et tirer des raisons d’espérer d’un passé qu’on croit glorieux, mais dont le récit a été fait par des Anglo-Saxons, tels Robert Christie, William Smith et John MacGregor, à l’intention de leurs compatriotes. Au reste, les travaux publiés en français ne peuvent satisfaire la nouvelle génération des Patriotes. (Réf)

En 1841, Garneau lance l’hebdomadaire l’Institut, ou Journal des étudians.

En 1842, il agit comme traducteur à l’Assemblée législative. En 1844, il devient greffier de la ville de Québec, poste qu’il occupera pendant 20 ans.

L’Histoire du Canada
C’est en 1845 que débute la publication de son oeuvre majeure: L’Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu’à nos jours. Le deuxième tome paraît l’année suivante et le troisième en 1849. L’oeuvre est rééditée en 1852 et en 1859 (avec l’aide de son fils Alfred).

Dans cet ouvrage,

Garneau présente l’histoire des Canadiens français comme un combat pour la survie, d’abord contre les autochtones et les Anglo-Américains sur le champ de bataille, puis contre l’oligarchie anglo-canadienne dans l’arène parlementaire. Son ouvrage remporte un immense succès et lui vaut d’être acclamé de son vivant en tant qu’« historien national ». (Réf)

Chaque réédition du vivant de Garneau se voit enrichie grâce aux archives.

L’œuvre considérable de Garneau témoigne de l’importance de la conservation des archives. Il a sans cesse révisé, corrigé et amélioré ses écrits au fur et à mesure que de nouvelles sources étaient mises à sa disposition  (Réf.)

François-Xavier Garneau  consacre beaucoup de temps à ses fonctions de greffier de la ville de Québec ainsi qu’à la recherche et à la rédaction de son Histoire du Canada. Il s’implique aussi dans la fondation en 1842 de la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec et de l’Institut Canadien de Québec en 1847.

Il prend sa retraite en 1864.

François-Xavier Garneau est décédé dans la nuit du 2 au 3 février 1866 à Québec. La maison où il a passé les derniers temps de sa vie a été classée monument historique en 1966 par le gouvernement du Québec. Elle est ouverte au public (Renseignements).

Statut de François-Xavier Garneau. Erigée en 1912, sculptée par Paul Chevré.Vieux-Québec Crédit: Vicky Lapointe
Statut de François-Xavier Garneau. Erigée en 1912, sculptée par Paul Chevré.Vieux-Québec Crédit: Vicky Lapointe

Oeuvres

  • Plusieurs poèmes, récits de voyages ainsi que des textes d’opinion et des récits historiques ont été publiés dans la presse.
  • Histoire du Canada depuis la découverte jusqu’à nos jours, quatre tomes. il y a eu plusieurs rééditions et  une traduction anglaise dès 1860.

Tome 1 ,Tome 2, Tome 3, Tome 4 Édition 1882

En complément

François-Xavier Garneau: sa vie et ses oeuvres par Pierre-Joseph-Olivier Chauveau (1883)
Biographie de F.X. Garneau (1886) par Henri-Raymond Casgrain

Bibliographie

SAVARD, Pierre et Paul WYCZYNSKI [en ligne] Garneau, François-Xavier [Page consultée le 5 juin 2010]

SAVARD, Pierre [en ligne] Garneau, François-Xavier [Page consultée le 5 juin 2010] Adresse URL

Ville de Québec [en ligne] François-Xavier Garneau [Page consultée le 5 juin 2010] Adresse URL

Billets reliés

Faire de l’histoire au Québec par Ronald Rudin
Pierre-Georges Roy, la passion des archives du Québec (1870-1953)
Gérard Morisset – la préservation et la diffusion du patrimoine
Gravures de Histoire des Canadiens-Français, 1608-1880 de Benjamin Sulte
Brochures de la Société historique du Canada en ligne
A l’abri de l’oubli
Expositions virtuelles des archives de la ville de Québec

Publicités