Qu’est-il arrivé à Thomas Davis? (Sherbrooke, 17 février 1884)

Au cimetière Elmwood de Sherbrooke (fondé en 1890),  un monument funéraire a attiré mon attention. Sur une de ses faces, il est écrit:

Thomas Davis
Sommersetshire England
Died February 26 1884
Age 26 years
from the effects of injuries recd (received)

on the [head while] on duty

Plus bas, on lit  »Fire » et  »Police » ainsi que  »erected by sympathizing citizens ».

On voit que des pompiers, des policiers et d’autres citoyens ont tenu à rendre hommage à Thomas Davis.   Ce monument est très grand (environ 2 mètres) et il ressemble à une obélisque. Je me suis donc demandé dans quelles circonstances était décédé Thomas Davis.

Voici ce qui s’est passé, d’après les articles publiés dans le Progrès de l’est de Sherbrooke.

19 février 1884, p.2.

Sur la rue Liverpool* dimanche, vers les cinq heures du matin, le connétable Davis s’en allait en voiture accompagné d’un ami. Tout-à-coup, l’une des bandes du harnais se brisa et la voiture vint frapper les jarrets du cheval. Celui-ci, un peu fringuant, pris le mors aux dents et il fut impossible de le morigéner. Aussitôt, prévoyant le danger qu’ils courraient, le compagnon de M Davis s’élança hors du traineau et ne reçut aucun mal, tandis que le connétable fut jeté sur la glace vis-à-vis le bureau du moulin à scie. On accourut à lui et on le ramassa sans connaissance. Il a la tête horriblement déchirée et fendue en plusieurs endroits. Bien que ses blessures soient graves on ne pense pas qu’elles soient mortelles.

*Liverpool = King Ouest de nos jours (voir carte de Sherbrooke de 1910, BANQ)

10 jours plus tard…

Le 29 février 1884, Progrès de l’est, p.2

M. Thomas Davis, qui, le dix-sept courant, a été jeté hors de sa voiture sur la rue Queen*, est mort des suites de sa blessure, mardi soir. Il n’a presque pas recouvré sa connaissance depuis le jour de l’accident. Il était âgé de 26 ans et appartenait au corps de police depuis 10 mois. Ses funérailles ont eu lieu hier après-midi au cimetière Union, au milieu d’un grand concours d’amis. Les hommes de la police et de la brigade du feu assistaient en corps. Le défunt était très estimé de tout ceux qui l’ont connu.

*Queen = Queen-Victoria de nos jours (voir carte de Sherbrooke de 1910, BANQ)

En somme, Thomas Davis a été victime, en plein hiver, d’une chute fatale. Triste fin.

Billets reliés
Cimetières, patrimoine pour les vivants

Les chroniques d’histoire locale et régionale dans les journaux québécois

Histoire de la région de Drummondville

Compton d’hier à aujourd’hui

Sherbrooke, terre d’accueil

Cybermagazine Patrimoine des Cantons-de-l’Est

Un site internet amélioré pour la Société d’Histoire de Magog

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Crimes et catastrophes, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Qu’est-il arrivé à Thomas Davis? (Sherbrooke, 17 février 1884)

  1. Chemise Rouge dit :

    Comme quoi, derrière chaque monuments funéraires il se cache une histoire intéressante. Merci😉

    J'aime

  2. Ping : Quelques liens à propos du patrimoine funéraire | Patrimoine, Histoire et multimédia

Les commentaires sont fermés.