13. Jeffery Hale (1803-1864) et l’hôpital qui porte son nom à Québec

Au Québec et ailleurs, on nomme des routes, des rues, des bâtiments et des parcs en l’honneur de personnes qui ont marqué notre histoire. Cette série de billets a pour but de vous faire découvrir ces gens.

Biographie

Jeffery Hale est né à Québec le 19 avril 1803. Il est le fils de John Hale, un militaire et homme politique.

Photographie | Jeffery Hale, Montréal, QC, 1866 | I-20897.1
Jeffery Hale, Montréal, QC, 1866 William Notman (1826-1891) 1866 (mais basé sur une oeuvre probablement créée au début des années 1860)

Éduqué en Angleterre, il joint la marine en 1817. Il la quitte après une carrière de 10 ans et revient au Bas-Canada pour assister son père qui est receveur général du Bas-Canada.

Profitant d’une situation financière aisée, Jeffery Hale a consacré son temps à la philanthropie. Il s’implique à Québec dans la British and Foreign Bible Society, la London Religious Tract Society, la Québec Mission Society et l’asile des dames protestantes. Il fonde la première école du dimanche de langue anglaise à Québec, la Free Chapel Sunday School (1833). Il participe à la fondation de la Banque de Prévoyance et d’Épargnes de Québec (Quebec Provident and Savings Bank) en 1847. Il s’implique dans la Société de l’école britannique et canadienne du district de Québec

Il est décédé à Tunbridge Wells, Kent, Angleterre, le 13 novembre 1864. Il ne s’est jamais marié et n’a pas eu d’enfant.

Son décès est mentionné dans un article du Morning Chronicle du 8 décembre 1864, p.2.

L’hôpital Jeffery Hale

A son décès, Jeffery Hale lègue 36 000$ qui serviront à la fondation d’un hôpital protestant. L’hôpital Jeffery-Hale est d’abord situé au coin de la rue des Glacis et de la rue Saint-Olivier (on le voit ici). Il est ouvert au public dès 1867.

Trois règles gouvernent l’hôpital:

aucun patient contagieux, aucun patient incurable et aucun patient catholique. (Réf. Blair, p.33)

Mais toutes ces règles seront transgressées. (Réf. Blair, p.33-34)

Le Jeffery-Hale déménage en 1901 sur le Boulevard René-Lévesque Est. C’est là qu’est fondée  la première école pour infirmières de Québec.  L’hôpital est agrandit plusieurs fois au cours des 40 années qui suivent. Un article du Daily Telegraph du 29 octobre 1913 intitulé Telegraph Man visits Jeffery Hale Hospital décrit les lieux. On y retrouve des informations intéressantes comme la nationalité des patients et on y trouve une liste des membres du personnel.

En 1956, l’actuel hôpital Jeffery Hale est inauguré sur le chemin Sainte-Foy.

Quartier Saint-Jean-Baptiste - Boulevard Saint-Cyrille Est - Hôpital Jeffrey Hale / Fred C. Würtele . - août 1904 Source: BANQ La tour Martello que l'on voit à droite n'existe plus.
Quartier Saint-Jean-Baptiste – Boulevard Saint-Cyrille Est – Hôpital Jeffrey Hale / Fred C. Würtele . – août 1904 Source: BANQ La tour Martello que l’on voit à droite n’existe plus.

Le deuxième hôpital a été classé monument historique en 1977.

Cinq organismes anglophones de Québec portent le nom de Jeffery Hale.

Bibliographie

Suzanne Bernier, article  »Deuxième hôpital Jeffery Hale» dans. Mario Béland, dir. La Peinture au Québec 1820-1850. Québec, Musée du Québec – Les Publications du Québec, 1991, 608 pages.

Louisa Blair. Les Anglos: la face cachée de Québec. Commission de la capitale nationale et Éditions Sylvain Harvey, 2005, 2 tomes.

Commission de toponymie, gouvernement du Québec. [en ligne] Ancien hôpital Jeffery-Hale [Page consultée le 14 juin 2010] Adresse URL

Lieux patrimoniaux du Canada [en ligne] Ancien hôpital Jeffery-Hale [Page consultée le 14 juin 2010] Adresse URL

Robert Garon. Dictionnaire biographique du Canada [en ligne] Hale, Jeffery [Page consultée le 14 juin 2010] Adresse URL

Billets reliés

12. François-Xavier Garneau, historien (1809-1866)

Photographies de Québec (1886-1910) par Frederick C. Würtele

La grippe espagnole de 1918-1919 à Montréal

Grosse-île, station de quarantaine 1832-1937

L’épidémie de variole de 1885 à Montréal

Maison du Docteur-Joseph-Frenette à Causapscal

Publicités