Généalogie de l’énigmatique Charles Chambers (deuxième partie)

Suite du billet Généalogie de l’énigmatique Charles Chambers (première partie)

Dans son article La Bande de Chambers  paru en 1919 dans Les petites choses de notre histoire. Sixième série, 1919, Pierre-Georges Roy dit que Charles Chambers avait un frère, Robert. C’est ce Robert Chambers qui sera le dernier maire anglophone de Québec. Or, en relisant le témoignage de George Waterworth, complice de Charles Chambers et délateur, on trouve une information intéressante. Contexte: Il s’agit du procès de Pierre Gagnon pour le vol de la chapelle de la Congrégation de Québec, vol auquel a participé également Georges Waterworth et Charles Chambers. Le témoin explique comment on a disposé du fruit du vol.

Extrait du Quebec Mercury du 30 mars 1837, p.2.

Before we went to Broughton I bought a small keg from Gaspard Garneau, Chamber’s brother-in-law, to hold some spirits, Chambers sent me again to the same man to buy a larger one, to put the things into.

Article du Quebec Mercury, p.1, du 30 mars 1837 portant sur le procès de Charles Chambers et Nicolas Mathieu pour le vol commis en 1835 chez la veuve Montgomery, à Québec

Marie Caroline Chambers a épousé Gaspard Garneau à Québec en 1825.

Elle est la fille de Frederic et Marie Wagner.

Frederic Chambers et Marie Wagner se sont épousés à Montréal le 15 novembre 1802 à la Anglican Christ Church Cathedral. Frederic était majeur, mais pas Marie. Un Henry Wagner est témoin, probablement le père de Mary.

Leurs enfants:

Cecilia, née 28 janvier 1804 Montréal (Anglican Christ Church Cathedral,Actes). Peut-être décédée vers le 13 mai  1830 (Montréal (Presbyterian Saint Paul). L’acte mentionne que la défunte avait 26 ans, ce qui concorde.

Marie Caroline, née le 23 octobre 1805 à Terrebonne (St-Louis-de-France). Elle  est décédée le 22 mars 1853 à St-Roch, Québec , à l’âge de 47 ans et (?)  mois.  Elle a épousé Gaspard Garneau à Québec

Marie Henriette, née le 3 juillet 1808, baptisée dans la religion catholique le 23 mars 1835 à Saint-Roch, Québec.

Elizabeth, née le 15 octobre 1814 à Odelltown, baptisée à la cathédrale Notre-Dame de Montréal le 15 mars 1818. Épouse Edouard Robitaille le 12 février 1833 à St-Roch, Québec. Robert Chambers est l’un des signataires de l’acte de mariage. Décède le 6 juin 1834 à Québec, à l’âge de 21 ans.

John décédé le 2 juin 1820 (Montréal (Anglican Christ Church Cathedral,Actes)

*

Mary Wagner  décède à Montréal le 3 décembre 1817  (Montréal (Anglican Christ Church Cathedral,Actes)

Frederic Chambers se remarie avec Elizabeth Christler (Grysler) le 18 octobre 1827  à  Montréal (Anglican Christ Church Cathedral,Actes)

Ils auront au moins trois enfants:

Elizabeth née le 23 janvier 1830 et décédée le 22 mars de la même année. (Anglican Christ Church Cathedral,Actes)

John né 13 février 1831 Montréal (Anglican Christ Church Cathedral,Actes). Décédé le 15 avril 1831, (Anglican Christ Church Cathedral,Actes)

et

Cécile, baptisée le 6 août 1833 et décédée le 17 août  de la même année à St-Roch, Québec, âgée de 18 mois, donc née vers février 1832.

Marie Caroline et Cécile = actes retrouvés dans les registres catholiques. Les autres, chez les anglicans.

Fait intéressant, Frederick Chambers est décédé à St-Roch, Québec, le 10 août 1844, âgé de 65 ans. Charles Chambers habitait St-Roch. Aussi, si l’on compare la signature de Frederick Chambers, sur son acte de mariage, ainsi que celle sur le contrat de mariage de Charles Chambers et Julie Gagné (1834), on constate de grandes similitudes. Aussi, comme je l’ai souligné précédemment, on retrouve dans l’acte de mariage le 21 novembre 1825 de Caroline Chambers et de Gaspard Garneau à Québec la signature de Robert Chambers.

Mon hypothèse est donc que Robert Chambers et Hannah Kelly ont élevé à Québec, certains ou tous les enfants de Mary Wagner et Frederic Chambers, après le décès en 1817 de Mary. C’est pourquoi certaines sources désignent Charles et Robert Chambers comme étant frères et que Robert Chambers signe le contrat de mariage de Caroline. Robert et Frederic seraient-il frères?

Je n’ai pas encore retrouvé les actes de naissance de certains des enfants de Mary Wagner et Frederic Chambers, dont celui de Charles. Ces enfants n’ont visiblement pas été baptisés à la Anglican Church de Montréal, lieu où plusieurs des mariages, naissances et inhumations des Chambers ont eu lieu.

à suivre…

Billets reliés

Généalogie de l’énigmatique Charles Chambers (première partie)

La petite histoire du crime: la bande à Chambers (Québec et sa région 1831-1835) Première partie

Les tremblements de terre au Québec (1663-1988)

Deux jeux en ligne sur l’histoire de la ville de Québec

Les surprises que peuvent nous révéler la généalogie

About these ads
Cette entrée, publiée dans Crimes et catastrophes, Généalogie, est taguée , , . Bookmarquez ce permalien.

2 réponses à Généalogie de l’énigmatique Charles Chambers (deuxième partie)

  1. M.Gauthier-personnel dit :

    Un lien avec Chambers(1) de Riviere st jean ? apres tout Robert(lord) etait en parti proprietaire de la reserve de peche ou Chambers(1) etait garde peche. Apres le proces de Chambres(2) il part en bateau vers une colonie penitentiaire (australie !). Il debarque comme colon. Aprend le metier de post-master. Retourne au Canada comme matelot et "jump-out" vers Halifax. A riviere st-jean un de ses complice habite avec eux. Il est anglais protestant, sa femme est francaise catholique.

  2. histoire_qc dit :

    Les Chambers dont j’ai tracé l’arbre généalogique ont habité surtout à Québec et à Montréal. Pour ce qui est des Chambers de Rivière St-Jean (Côte-Nord?), je ne sais pas s’il s’agit de parents.

    Vicky Lapointe

Les commentaires sont fermés.