Patrimoine: Le manoir Aubert de Gaspé à Saint-Jean-Port-Joli

Photographie | Philippe Aubert de Gaspé, vers 1865 | MP-0000.1163.14

Philippe Aubert de Gaspé vers 1865. Il décrit dans Les Anciens Canadiens la splendeur du manoir de jadis.

En 1677, Noël Langlois Traversy (1651-1693) devient le premier seigneur de Port-Joly.

Lui succèdent:

1686-1709 Charles Aubert de la Chesnaye.

1709-1731 Pierre Aubert de Gaspé, fils du précédent.

1731-1753 Madelaine Angélique Le Gardeur de Tilly, veuve du précédent.

1753-1787 Ignace Philippe Aubert de Gaspé, fils des deux seigneurs précédents.

1787-1789 Marie-Anne Coulon de Villiers, veuve du précédent.

1789-1823 Pierre-Ignace Aubert de Gaspé, fils de Marie-Anne et d’Ignace Philippe

1823-1842 Catherine Tarieu de Lanaudière, veuve du précédent.

1842-1871 Philippe Aubert de Gaspé, fils de Catherine et de Pierre-Ignace. Le régime seigneurial est aboli en 1854.

Vers 1730-1740, un premier manoir est construit dans la seigneurie. Il aurait été brûlé par les Anglais. Un second manoir est érigé vers 1763.

Le manoir ressemblait à ceci:

Le manoir Aubert-de-Gaspé reposait sur un solide solage de pierres au ras du sol et ne comportait pas de cave. Le carré était de pièces sur pièces assemblées à queue-d’aronde ou à coulisse selon la manière de construire au XVIIIe siècle. La charpente du toit, à comble raide, devait être de type croix de Saint-André, tel qu’il en existe encore quelques spécimens dans la région immédiate. Le bâtiment était recouvert de planches posées à la verticale et la toiture, percée de lucarnes, était recouverte de bardeaux de cèdre. La porte centrale était flanquée de nombreuses fenêtres disposées avec symétrie, ce qui, avec les deux ailes, conférait à l’édifice l’allure classique d’une gentilhommière d’esprit français.

Réf. http://www.memoirevivante.org/historique.html

Au décès de Philippe Aubert de Gaspé, Moïse Leclerc achète le domaine qui restera dans la famille Leclerc pendant plus d’un siècle.

Le 30 avril 1909, le manoir est détruit dans un incendie. Une maison est construite sur le site.

(Audio) Témoignage relatant l’incendie du manoir de Gaspé en 1909 (descendez jusqu’au quatrième témoignage de cette page) http://www.memoirevivante.org/temoignages.html

Saint-Jean-Port-Joli - Manoir de Gaspé par E. Mercier Cacouna v. 1890 Source: BANQ

Saint-Jean-Port-Joli – Manoir de Gaspé par E. Mercier Cacouna v. 1890 Source: BANQ

La Corporation Philippe-Aubert-de-Gaspé est fondée en 1987 pour faire revivre le manoir. Des fouilles archéologiques sont effectuées.

En 2006, le site Philippe-Aubert-de-Gaspé obtient le statut de site patrimonial. On y retrouve alors une fournil, un caveau à légumes,  ainsi qu’un belvédère. Des fouilles archéologiques ont été effectuées sur ce site.

Le manoir est reconstruit en 2007. Il héberge maintenant le musée de Mémoire vivante.http://www.memoirevivante.org/

Bibliographie

André Chouinard. Cahiers d’histoire, no 21, Le Manoir Aubert de Gaspé, son histoire, son architecture. Société historique de la Côte-du-Sud, La Pocatière, 1986.

Musée de la Mémoire Vivante [en ligne]Historique [Page consultée le 14 septembre 2010] Adresse URL: http://www.memoirevivante.org/historique.html

Billets reliés
Inventaire des ressources ethnologiques du patrimoine immatériel (IREPI) de l’Université Laval

Musée de la mémoire vivante de Saint-Jean-Port-Joli

Les moulins à eau du Québec: un patrimoine à découvrir

Quand les amoureux défient l’église: Les Exilés de l’anse à Mouille-Cul (Saint-Jean-Port-Joli 1774)

Histoire judiciaire: Le docteur L’Indienne, un meurtrier en série? St-Jean-Port-Joli, 1829

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Patrimoine bâti et immatériel, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.