Le vinum colchici est dangereux pour la santé (Tabb’s Yard, Montréal, 1873)

C’est l’hiver, nous sommes à Tabb’s Yard, rue Hermine, Montréal.  En ce 28 novembre 1873, Michael Flaherty trouve dans un banc de neige ou dans un véhicule abandonné – les versions diffèrent- un objet qui attire son attention. Une bouteille.  Il croit  qu’elle contient du vin. Généreux,  il partage avec ses amis (il en a beaucoup). Grave erreur.

La bouteille qui semblait contenir un élixir prometteur en ce froid mois de novembre contient en fait un liquide connu sous le nom de vinum colchici. Qui se révèle être du poison.

Une douzaine de personnes au moins ont goûté au liquide. Dans six cas, ce sera fatal.

Impression | Montréal - Le récent cas d'empoisonnement | M979.87.298.1-6
Scène du crime, Canadian Illustrated news, 6 décembre 1873

D’après les journaux consultés, les victimes sont:

  1. Benjamin Tyre, 15 ans
  2. Mary Jane Drennan alias Canning, 28 ans
  3. Michael Flaherty
  4. William Hawkey, 35 ans
  5. Bettie Drennan, 31 ans
  6. La femme Dunn
  7. William Drennan

Parmi les survivants, on trouve : Edward Hawkey, sa femme, les deux enfants de William Hawkey et  Andrew Long alias Biffin selon la Minerve du 29 novembre (Adresse) et du 2 décembre (réf)

Consulter les actes des registres protestants de Montréal permettrait de confirmer la liste des victimes.

Concernant le vinum colchici (vin de colchique),  il a été utilisé par le passé pour traiter diverses maladies, comme la gonorrhée, le rhumatisme, la goutte et le psoriasis. C’est une

Plante très toxique : la dose toxique de colchicine se situe autour de 10 mg, l’ingestion de doses supérieures à 40 mg est toujours mortelle : latence de 3 à 5 heures, puis gastro-entérite hémorragique, déshydratation, hypokaliémie, acidose métabolique, puis état de choc et troubles hématologiques, septicémie, insuffisance rénale puis mort en une semaine (réf).

L’empoisonnement de Tabb’s Yard est un exemple parmi tant d’autres de faits divers qui font partie de la petite histoire de Montréal. Les journaux de l’époque rapportent quotidiennement ces histoires qui titillent leur lectorat. Un peu plus bas dans cette page, vous trouverez un lien menant vers l’histoire de Mary Gallagher, un autre fait divers qui se déroule dans la même ville, quelques années plus tard.  Âmes sensibles s’abstenir!

Bibliographie

La Minerve, 28 novembre (adresse) p. 2 et 29 novembre 1873, p. 2 Adresse

The Morning chronicle and commercial and shipping gazette, 29 novembre 1873, http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/1847542

Le Canadien, 1er décembre 1873, http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/1914559


Billets reliés

Fait divers (un peu macabre)… tiré des voûtes de l’histoire (St-Vallier, 1763)

Le fantôme de Mary Gallagher (Griffintown, Montréal, 26 juin 1879)

Le meurtre d’Achille Taché, seigneur de Kamouraska (31 janvier 1839)

Le commerce des maladies

Le patrimoine du Vieux-Montréal en détail

Publicités

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.