Légende: Le masque de fer de l’Ile aux Oies (1683-1749)

L’Ile aux Oies fait partie de l’archipel de l’Ile aux Grues. Elle est située face à L’Islet-sur-Mer, en Chaudière-Appalaches.

Jadis, on racontait dans ce coin-là l’histoire d’un homme au masque de fer qui y aurait été emprisonné. Les origines de cette histoire remontent au temps de la Nouvelle-France.

Le seigneur Pierre Bécard de Granville

Pierre Bécard de Granville était un soldat du régiment de Carignan arrivé en Nouvelle-France en 1665 pour défendre la colonie contre les attaques des Iroquois. Comme plusieurs soldats, il choisit de rester et de s’établir au pays. Le 22 octobre 1668, il épouse à Québec Anne Macard, nièce du seigneur Louis Couillard. Six jours plus tôt, Louis Couillard lui avait cédé la moitié de l’île aux Oies, de la Grosse et de la Petite île, de l’île aux Grues ainsi que des battures et terres adjacentes sises dans le fleuve Saint-Laurent. Le contrat est ici. C’est  à l’Ile aux Oies que Pierre Bécard décède le 4 mai 1708. Son épouse lui survivra  jusqu’au 11 décembre 1731.

Douze enfants naîtront de cette union. Parmi ceux-ci, il y a Pierre, né le 3 janvier 1683 à Québec. Il sera le personnage d’une légende bien spéciale…

Acte de baptême de Pierre Bécard, sieur de Granville. Extrait des registres de la paroisse de Notre-Dame de Québec

Acte de baptême de Pierre Bécard, sieur de Granville. Extrait des registres de la paroisse de Notre-Dame de Québec

Les mystérieux résidents de l’Ile-aux-Oies

Pierre Bécard fils, selon Pierre-George Roy, a cultivé la terre du domaine familiale de l’Ile aux Oies. En septembre 1723, il a cédé ses droits sur le domaine familial  à son frère Paul et à sa soeur Geneviève. En échange, ces derniers devaient veiller à l’entretien de Pierre et de sa mère, Anne Macard. Or, les Bécard de Granville vivaient en reclus, ce qui a donné lieu à bien des commérages.

Et voilà une légende….

La matriarche de la famille étant décédée en 1731, Pierre Bécard vivait au manoir avec sa soeur Geneviève.

La bâtisse, fortement grillagée, a donné naissance à la légende d’un prisonnier au masque de fer gardé dans un donjon. Comme on éloignait les intrus et qu’on entendait des cris et gémissements, il n’en fallait pas plus pour exciter l’imagination des gens et amplifier cette légende qui s’est transmise jusqu’à aujourd’hui. (Réf).

Cette ferme de l’Ile aux Oies est bâtie sur l’emplacement du manoir des Bécard de Granville © Catherine Plante

L’historien Auguste Béchard mentionne une légende inspirée de l’histoire de Pierre Bécard dans son livre Histoire de l’Ile aux Grues et des îles voisines publié en 1902(réf).  Cette légende avait auparavant été rapportée par James McPherson Lemoine. Selon Béchard, les habitants de l’archipel racontaient qu’un homme, sans nom connu, vivait dans une maison de l’Ile aux Oies, qui était pour lui une sorte de donjon. C’était un homme au prise avec des problèmes de santé mentale. Ce  »prisonnier »   était surveillé par une femme, que l’on disait être sa soeur ou son amante. Cet homme était peut-être le frère ou l’amant d’une des filles du seigneur de Grandville. En tout cas, le récit d’ Auguste Béchard contient bien des sous-entendus…

Pierre-George Roy démystifiera quelques années plus tard la légende en précisant que les Bécard aimaient bien chasser. Ils voulaient garder le gibier sur eux ce qui expliquerait pourquoi ils cherchaient à éloigner les gens lorsqu’ils s’approchaient trop près.

Pierre Bécard était-il réellement atteint de troubles mentaux comme le prétend la légende? Difficile à dire. Peut-être a-t-on simplement affaire ici à une sorte d’ermite… très sain d’esprit.

Pierre Bécard est décédé à l’Ile aux Oies le 7 décembre 1749. Sa dépouille a été mise en terre à Saint-Thomas-de-Montmagny le 13 janvier suivant. A cause des glaces, il était trop dangereux de traverser le fleuve Saint-Laurent, ce qui explique l’inhumation tardive.

Acte de décès de Pierre Bécard. Extrait des registres de la paroisse Saint-Thomas-de-Montmagny

Acte de décès de Pierre Bécard. Extrait des registres de la paroisse Saint-Thomas-de-Montmagny

Pierre Bécard ne s’est jamais marié. Qu’est-il arrivé à sa soeur Geneviève? Quand est-elle décédée? La famille du sieur de Granville a bien des secrets a révéler…

Si vous avez la chance d’aller dans le coin, ayez une pensée pour Pierre Bécard…

Bibliographie

Archipel de L’Ile aux Grues. [en ligne] La nouvelle ferme [Page consultée le 3 décembre 2010] Adresse URL

BECHARD, Auguste.Histoire de l’Ile-aux-Grues et des îles voisines. Imprimerie de ‘La Bataille, Arthabaskaville, Quebec, 1902, 120 pages.

LEMIEUX, Jean-Marie. L’Ile aux Grues et L’Ile aux Oies. Montréal, Leméac, 1978, 192 pages.

ROY, PIERRE-GEORGE. 1916 «La famille Bécard de Grandville», vol.22 n°4 (avril), p.97-110 110http://www.archive.org/stream/lebulletindesrec22archuoft#page/106/mode/2up

Billets reliés

L’Islet: entre légendes et histoire
15. James McPherson LeMoine et l’histoire de la ville de Québec (1825-1912)
La maison hantée de Trois-Pistoles
Grosse-île, station de quarantaine 1832-1937
Les expéditions en Arctique du capitaine Joseph-Elzear Bernier

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Patrimoine bâti et immatériel, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.