Un chemin de fer sur le Saint-Laurent [1880-1883, Hochelaga-Longueuil]

Au 19e siècle,  la glace était suffisamment épaisse sur le fleuve Saint-Laurent pour que les traîneaux puisse traverser sur l’autre rive. On a même réussi à faire traverser un train sur l’eau gelée, entre Longueuil et Hochelaga!

Longueuil, terminus ferroviaire

Print | St. Lawrence & Atlantic R.R. Longueil Station, 1855 | M982.530.129

Gare de Longueuil de la Compagnie du chemin à lisses du Saint-Laurent et de l’Atlantique, 1855

Dès 1848, un tronçon reliait Longueuil à Saint-Hyacinthe. Il a été construit par la Atlantic & St. Lawrence Railway, acheté plus tard par The Grand Trunk Railway System. L’économie de la vie était  florissante; le train créait de l’emploi. Cela a duré jusqu’en 1860, alors que le Grand Trunk Railway System (Grand Tronc) construisit le pont Victoria et déménagea à Montréal.  Les marchandises étaient expédiées par le train jusqu’à Longueuil, puis transporté par bateau de l’autre côté du fleuve. Maintenant, on passait directement par le pont Victoria. Cela porta  une coup énorme à la vitalité économique de Longueuil.

Un train sur le fleuve

Quelques années plus tard, Louis-Adélard Senécal, surintendant général de la Québec, Montréal, Ottawa & Occidental Railway (nouvel acquéreur du chemin de fer de Longueuil) voulut relancer les installations ferroviaires abandonnées. Sa compagnie désirait relier Longueuil à Hochelaga, or il y avait un désagrément: il fallait passer par le pont Victoria. Le Grand Tronc en était le propriétaire et demandait des droits de passages élevés. On ne fait pas de cadeaux à la concurrence. Il fallait trouver une alternative. D’où l’idée de passer sur le fleuve.

La Quebec, Montreal, Ottawa and Occidental Railway releva le défi. En janvier 1880, des rails furent installés sur le fleuve gelé entre Longueuil et Hochelaga. Le 31 janvier eut lieu la première traversée – avec passagers- devant une foule curieuse. Le premier ministre Joseph-Adolphe Chapleau était du voyage. Poids de la locomotive: un  »modeste »69 000 livres selon la Minerve du 2 février.  Le voyage aller-retour coûtait 25 centins.

Photographie | Chemin de fer sur le fleuve Saint-Laurent gelé, Montréal, QC, 1880 | VIEW-1141.1

Chemin de fer sur le fleuve Saint-Laurent gelé, Montréal, QC, 1880

Et crack!

L’année suivante, on remit en service ce chemin de fer temporaire. Le 5 janvier 1881, on testa la glace. Ensuite, on amena la locomotive, mais elle dérailla…

Le poids de la locomotive fit céder une glace affaiblie et il s’en fallut de peu pour qu’Adélard Senécal et les autres passagers de la locomotive ne prennent un bain forcé quand la locomotive disparut sous plus de 10 m d’eau glacée. (réf)

Et la glace cède... Canadian Illustrated News, 15 janvier 1881

Et la glace cède… Canadian Illustrated News, 15 janvier 1881

Un dénommé Larin fut chargé de récupérer la locomotive. Les passagers purent sortirent sain et sauf et on ne compta aucun blessé. On répara et déplaça la voie. Deux jours plus tard, on tenta un nouvel essai avec une locomotive moins lourde et le service pu reprendre. Heureusement, le reste de la saison se déroula sans problème.

L’année suivante, l’hiver fut doux, cette voie de transport fut donc peut utilisée. Le service fut de retour en 1883, pour une dernière année. Le chemin appartenait alors à la South Eastern Railway qui éprouvait des ennuis financiers. Elle fut rachetée par le Canadien Pacific qui ne maintint pas le chemin de fer sur la glace.

 Le train fait une pose pendant que William Notman immortalise la scène


Le train fait une pause pendant que William Notman immortalise la scène. Canadian Illustrated news, 14 février 1880.

Bibliographie

KALBFLEISCH, John. This Island in Time, Remarkable Tales from Montreal’s Past. Montréal,  Véhicule Press, 2008 , 192 pages.

La Minerve: 31 janvier et 2 février 1880, 5 et 7 janvier 1881.

Pierre Leford. Le chemin de fer sur la glace.  Histoire Québec, mai 2000, volume 6, no 1.

Billets reliés

Tragédie au pont de Québec: les effondrements de 1907 et de 1916

Facebook: Liste des organismes québécois de diffusion de l’histoire et du patrimoine

Cartes anciennes: des trésors sur le web

Montréal en images: les oeuvres de James Duncan (1806-1881)

Le fantôme de Mary Gallagher (Griffintown, Montréal, 26 juin 1879)

La collection photographique William Notman (19e et 20e siècle)

Le Canadian Illustrated News: images du 19e siècle

Les quartiers de Montréal: exposition virtuelle et jeux en ligne

Montréal – 500 ans d’histoire en archives

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Crimes et catastrophes, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Un chemin de fer sur le Saint-Laurent [1880-1883, Hochelaga-Longueuil]

  1. Bruno dit :

    Merci pour votre texte. J’imagine que la locomotive n’a jamais été remontée à la surface? Salutations. Bruno Archer

    J'aime

  2. histoire_qc dit :

    Dans Histoire de Longueuil et de la famille de Longueuil Par Alex Jodoin,J. L. Vincent p. 570, on dit  »Des mesures furent immédiatement prises pour réparer le chemin, et dès le lendemain, dans l’après-midi, tout était de nouveau prêt pour le trafic; on s’occupa aussi de relever la locomotive avec toute l’activité possible. Cette locomotive pesait 30 tonnes ». Je n’ai pas trouvé jusqu’ici beaucoup de détails sur les méthodes utilisées pour sortir la locomotive de là.

    J'aime

  3. ginachicone dit :

    Vos articles sont toujours intéressants.

    J'aime

  4. histoire_qc dit :

    Merci beaucoup et bienvenue sur mon blogue!

    Vicky Lapointe

    J'aime

  5. Ping : Tweets that mention Un chemin de fer sur le Saint-Laurent [1880-1883, Hochelaga-Longueuil] | Patrimoine, Histoire et multimédia -- Topsy.com

  6. quel beau travail !! j ai 84 ans et mon pere et mon grd pere me parlaient de la traverssee avec les cheveaux sur la piste balisee avec des conniferes N os ancetres etaient de veritables travailleurs et imaginatis hots paires felicitations r.c.

    J'aime

  7. Oui, on ne peut qu’admirer nos ancêtres, ils avaient le don de se débrouiller avec peu de choses.

    merci et bonne journée,
    Vicky Lapointe

    J'aime

Les commentaires sont fermés.