Explosion à Hochelaga [26 mai 1888]

En 1888, Hochelaga (Montréal) était éclairée grâce au gaz depuis plus de 16 ans. Pour fournir ce gaz, la Montreal Gaz Company avait bâti un énorme gazomètre de 50 pieds de hauteur, 120 pieds de circonférence, ayant une capacité de stockage de 700 000 pieds cubes (Daily Witness, 26 mai 1888). Le réservoir avait été construit en briques et en fer.

Carte de 1879 représentant Hochelaga. Les installations de la Montreal Gaz Company sont en bas, à gauche, dans la zone verte. Source: BANQ. Pour voir la carte agrandie, cliquez sur celle-ci puis sélectionnez la carte numro 74. 

Le 26 mai 1888, à 8:30 du matin, une douzaine d’employés sont présents sur les lieux. La catastrophe survient. Puis un énorme bruit se fait entendre. Les curieux se précipitent pour voir ce qui s’est passé. Et on constate que c’est sérieux.

Le gazomètre a complètement été détruit.

Ce vaste réservoir n’était plus qu’un amoncellement de briques, poutres en fer brisées et tortues, solives en charpie, rejetées du réservoir, rempli d’eau sale et verdâtre, et sur lequel s’était aplatie la grande couverture en tôle. Source

L’explosion avait fait cinq morts et plusieurs blessés.

Selon les journaux de l’époque, sont décédés:

Samuel McCaffee, né en Irlande, âgé d’une vingtaine d’années;

Sam Bell (surveillant du gazomètre ou ingénieur), 42 ans;

John Angell, 22 ans;

Joseph Angell, frère de John;

James ou Thomas Stacey, peintre de la Montreal Bridge Co, Indien de Caughanawaga, âgé de 27 ans;

Blessés (brûlures, etc):

Angus Guy  (peintre de la Montreal Bridge Co, Indien de Caughanawaga, âgé de 27 ans);

Georges Fischer, peintre de la Montreal Bridge Co,  américain âgé de 24 ans

Gerard Donohue, 31 ans;

Robert Culquhoan, environ 35 ans et

Richard Peachey.

La scène du désastre. Extrait du Monde illustré, 2 juin 1888

Les causes du drame

M. Joseph, président de la Montreal Gaz Company:

la couverture s’étant effondrée et que la compression de l’air avait fait éclater les taurailles (?); en un mot, une simple question de construction. Source

Un ingénieur:

c’est Angell qui est venu chercher une lampe ici et il  faut que le feu ait été causé par le feu, car l’explosion a eu lieu quelques minutes après son départ, le temps de se rendre au réservoir. Source

Mr Angell, cousin du défunt:

celui-ci [Angell] lui a dit qu’il voulait inspecter le réservoir. Il lui fit observer qu’il ferait mieux de prendre une lanterne sourde, parce qu’il y avait des fuites de gaz et que c’était dangereux. Source

Le verdict du jury

Nous soussignés, jurés  à l’enquête tenue pour constater la cause de la mort de Samuel  Bell, Thomas Stacey, Joseph Angell, John Angell et Samuel McAfee, déclarons que ces personnes sont mortes des blessures qu’elles ont reçues à la suite d’une explosion d’un mélange d’air et de gaz carbonique, contenu dans un gazomètre construit sur un terrain et dans un bâtiment appartenant à la nouvelle compagnie du gaz, sur la rue du Havre, quartier d’Hochelaga, en la cité de Montréal, et faisant partie des usines de la dite compagnie; que cette explosion a été causée par l’introduction d’une lampe allumée dans le dit gazomètre par Joseph Angell, un des employés de la dite compagnie et l’une des victimes de l’explosion. Nous déclarons, en sus, que ledit Joseph Angell, en s’introduisant ainsi, avec une lampe allumée, dans le gazomètre, a agi par ignorance et par imprudence, et non pas par malice ou avec l’intention de blesser ou de causer de tort à qui que ce soit. Source. la Minerve, 7 juin 1888.

Bibliographie

Le Canadien, 28 mai 1888

The Daily Witness, 26 mai 188828 mai 1888 ,  29 mai 1888

La Minerve, 28 mai 1888, 29 mai 1888, 30 mai 1888, 7 juin 1888

L’enseignement en milieux défavorisés. Energie: le gaz. Sous la direction de Robert Cadotte [n’est plus en ligne] Site consulté le 13 août 2011.

Billets reliés

Trois-Rivières brûle! 22 juin 1908

Basculer dans le vide [Beloeil, 29 juin 1864]

Le fantôme de Mary Gallagher (Griffintown, Montréal, 26 juin 1879)

Un chemin de fer sur le Saint-Laurent [1880-1883, Hochelaga-Longueuil]

Tragédie au pont de Québec: les effondrements de 1907 et de 1916

Un incendie dévastateur au Saguenay-Lac-Saint-Jean, 19 mai 1870

L’incendie de l’hospice Saint-Charles [Québec, 14 décembre 1927]

Advertisements

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Crimes et catastrophes, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Explosion à Hochelaga [26 mai 1888]

  1. Mon ami Olivier ne rate jamais l’occasion, sur son blogue Bloguer ou ne pas bloguer, de souligner un de vos excellents articles. C’est par lui que j’ai pu connaître ce site qui s’attache à l’histoire du Québec. Je profite de l’occasion pour vous féliciter a) de votre patience et de votre ténacité, b) de la qualité de vos sujets et de vos recherches, c) de cette facture qui rend passionnants des pans entiers de notre histoire. Amicalement

    Pierre R. Chantelois

    J'aime

  2. Ping : Le 28 juillet 1930, on a pu voir ceci dans le ciel [objet volant identifié] | Patrimoine, Histoire et multimédia

  3. histoire_qc dit :

    Merci beaucoup, monsieur Chantelois!

    Vicky Lapointe

    J'aime

  4. Ping : Bloguer ou ne pas bloguer » Cliquer c’est aider

  5. Marie-T TRACHY dit :

    Tout ce que je lis de vous est merveilleux.
    Féléciotations et continuez votre bwlle profession

    J'aime

  6. Marie-T TRACHY dit :

    un petit oubli le village de Val D ESPOIR PRÈS DE pERCÉ EN gASPÉSIE,.DANS LES VILLAGES DISPARUS.
    MERCI

    J'aime

  7. Je vais probablement faire une troisième partie avec d’autres villages disparus, au cours des prochains mois. Merci Marie.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.