Les éboulements du 14 juillet 1852 à Québec

Photographie | La rue Champlain, en bas de la Citadelle, Québec, QC, 1865 | I-17502.1
La rue Champlain, en bas de la Citadelle, Québec, QC, 1865

Dans le Canadien du 14 juillet 1852, on lisait:

ENCORE UNE AFFREUSE CATASTROPHE: SEPT PERSONNES PERIES SOUS LES RUINES DE LEURS MAISONS

La catastrophe du 17 mai 1841, par laquelle 27 personnes furent ensevelies sous les ruines de leurs maisons et d’une portion du Cap aux Diamants et des fortifications qui le couronnent, vient de se renouveler, quoique dans de moindre proportions. Après des pluies torrentielles qui duraient depuis hier après-midi,  accompagnées de coups de tonnerre extrêmement forts, une portion du Cap s’est éboulée ce matin, un peu avant 4 heures, et a écrasé dans sa chute deux maisons en brique à deux étages, attenantes l’une à l’autre, un peu en deça du chantier de M. Baldwin, au Cap-Blanc.

L’une était occupée par M. Robert Webb, forgeron, et sa famille; et l’autre, appartenant aussi à  M. Webb, par MM. John et Robert Elliot, bateliers, mariés aux deux soeurs. M. et Mme Webb, deux de leurs enfants, jeunes filles âgées de 5 à 7 ans, et une servante, qui étaient couchés dans le bas de la maison, ensevelis tous les cinq sous les ruines, en ont été retirés morts. Cinq autres enfants de M. Webb, tous garçons, qui étaient couchés dans le haut, ont échappé comme par miracle.

M. John Elliot a été sauvé, mais avec de graves blessures; sa femme aussi a été sauvé, avec quelques contusions, mais leurs deux enfants ont été retirés morts des ruines. M. Robert Elliot a aussi échappé miraculeusement avec sa femme et leurs quatre enfants, excepté qu’un de ces derniers, âgé d’environ 6 ans, a eu un bras cassé.

Son Honneur le maire, le docteur Sewell et M. Hall, conseillers, M. Baillargé, adjoint de l’inspecteur, M. le docteur Wolff,  et quelques membres du clergé étaient de bonne heure sur le lieux du désastre, donnant avec la police et les voisins tous les secours en leur pouvoir.

A sept heure, un autre éboulement s’était fait à une distance considérable en deça, au chantier de M. Lampson, et a écrasé une maison en bois; mais ceux qui l’habitaient avaient eu le temps de se sauver.

On a dit qu’il était péri une huitième personne, un passant atteint par l’éboulis; mais nous n’avons pu constater le fait.

Tout le Cap, depuis la porte de la Basse-Ville jusqu’à l’Anse-des-Mères, présente une suite de cascades et de fissures, et il est à craindre que l’on ait bientôt à déplorer d’autres malheurs du même genre, et peut-être plus grands, si les autorités civiles et militaires ne se hâtent de prendre des mesures pour les détourner.

Entre 11 heures et midi, un troisième éboulement a eu lieu à la fonderie de M. Tweedell; des pierres tombées du Cap ont enfoncées la couverture.

Billets reliés

Explosion au chemin de fer de la Baie des Ha! Ha! [14 avril 1910]

L’Iincendie de l’asile de Beauport, 29 janvier 1875

Explosion au Parlement [Québec, 11 octobre 1884]

Ce n’est pas tout le monde qui apprécie le tramway (Québec, 2 octobre 1865)

L’incendie de l’hospice Saint-Charles [Québec, 14 décembre 1927]