Protégeons la morale! [Montréal, août 1906]

Dans la Patrie du 9 août 1906, on lit l’histoire d’un homme pris la main dans le sac.

PROTECTION DE LA MORALE

UN JEUNE HOMME ENVOYE EN PRISON POUR AVOIR VENDU DES PHOTOGRAPHIES INDÉCENTES

Le juge Choquet a condamné cet avant-midi, Oscar Boyer, barbier de la rue St Jacques, à trois mois de prison pour avoir eu en sa possession et vendu des photographies indécentes.

L’accusé à prétendu que ces images avaient été laissées chez lui par un tiers, et que le jour où il était censé les avoir vendues, il était à Dorval. Le tribunal a trouvé très ingénieuse l’histoire inventée par le prisonnier, mais comme elle est tout à fait contraire au rapport des deux officiers chargés de police chargés de faire le rapport, et corroboré par un troisième agent de police, il en est venu à la conclusion que Royer était coupable.

Billets reliés

Conduite sacrilège [Québec, 30 octobre 1885]

Sarah Bernhardt suscite la colère du clergé [Québec, 4 et 5 décembre 1905]

Un enfant abandonné [Québec, 27 février 1864]

Hier matin, une femme de mauvaise vie… [Québec, 25 février 1864]

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Crimes et catastrophes, Préjugés et morale, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Protégeons la morale! [Montréal, août 1906]

  1. nuage1962 dit :

    la police du temps serait bien scandalisé s’il voyait ce qui circule aujourd’hui ..

    J'aime

  2. Oh que oui! Ils seraient traumatisés. A l’époque, un petit bout de peau était assez pour crier au scandale.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.