Par devant notaire [avril 1878]

Extrait du Cancan de Québec, 27 avril 1878

PAR DEVANT NOTAIRE

Vous connaissez sans doute ces porte-plumes qui ont à leur extrémité supérieure une lame de canif rentrant dans le tuyau lorsqu’on ne s’en sert pas.

Entre parenthèse, ils ne sont pas commodes du tout; mais enfin c’est comme cela, et cette incommodité n’est pas le plus grand de leurs inconvénients.

Exemple:
Dernièrement on lisait un contrat de mariage dans une étude de Québec que je m’abstiendrai de nommer, afin de ne point la désachalander.

Après la lecture, on passa naturellement à la signature.

Au moment où la future, – une bien jolie brune, je vous assure, – se dégantait pour apposer au bas du sérieux gribouillage sa jolie petite griffe, le maître-clerc, qui se trouvait près d’elle, lui présenta sa plume.

Distraite, – ou plutôt troublée – (dame! la première fois!…) la jeune fille prit sans précaution la plume qui lui était offerte et l’approcha peut-être un peu vivement du papier.

A ce moment, le silence était complet, et le bruit sec d’une petite déchirure se fit distinctement entendre.

Le porte-plume du maître-clerc est un de ceux dont je vous ai parlé en commençant, et la jolie fiancée l’avait pris par le mauvais bout.

Etes-vous superstitieux?

Le futur, lui, ne l’est pas; cependant ce n’est pas un sceptique non plus, et cet incident le contraria visiblement, quoi qu’il fit pour ne pas le laisser paraître.

Le notaire, qui est un homme d’esprit, quoique ayant une cravate blanche, sauva la situation.

-Oh! ce n’est rien, dit-il gaiement, nous l’approuverons.

Et il dicta au maître-clerc:
 »Approuvé trois renvois, six mots rayés nuls et un coup de canif dans le présent contrat ».

Billets reliés

Archives de notaires du Bas-Canada-Québec en ligne [19e siècle]

12. François-Xavier Garneau, historien (1809-1866)

Gérard Morisset – la préservation et la diffusion du patrimoine

Le meurtre d’Achille Taché, seigneur de Kamouraska (31 janvier 1839)

Publicités