L’instruction des sourds-muets [1831]

Le Canadien, 20 juillet 1831.

De la Minerve de Montreal – Nous avons reçu de l’obligeance d’un de nos abonnés de la Rivière du Loup l’original de la lettre que nous transcrivons ci-après, écrite à François Caron, écuyer, du lieu, par son jeune fils Antoine Caron, sourd-muet de naissance, et qui était, à la date de la lettre, à l’institution des sourds-muets de M. Ronald Macdonald, à Québec, depuis trois semaines seulement. On pourra juger par là des talens rares du jeune homme, et des progrès que les élèves peuvent faire dans cette institution. Avant d’y entrer le jeune Caron avait quelque connaissance de l’écriture, mais il l’avait acquise par lui-même. Une personne digne de foi, qui était présente lorsque la lettre a été écrite, certifie qu’elle l’a été sans le secours de personne.

L’instruction des sourds-muets devant être une espèce d’analyse logique, on doit l’imiter dans la langue écrite, la seule qu’ils puissent comprendre, avec celle des signes du geste, en commençant par les propositions les moins complexes; c’est là la raison de la brièveté des phrases de la lettre, où on ne trouve que deux fois le verbe en objet. Voici maintenant la lettre en question.

Québec, 6 juillet 1831.

Mon cher père – Je suis bien portant, je mange bien, je bois bien, j’apprends à lire et à écrire, j’étudie, avec plaisir, je m’ennuie pas, je suis content de rester à Québec. – J’embrasse mon père, ma mère, mes frères et mes soeurs, je salue monsieur L.-

Adieu.

Votre fils respectueux,

A. Caron.

L’institut des sourds-muets de Ronald Macdonald, 31 rue d’Auteuil, à Québec, a existé de 1831 à 1836.

Pour en savoir plus sur l’histoire de l’éducation des sourds au Québec:

Association des sourds et des malentendants du Québec. [En ligne] Histoire des Sourds du Québec [Page consultée le 19 août 2012] Adresse URL

Institut Raymond-Dewar  [En ligne]L’Institut Raymond-Dewar :une oeuvre depuis plus de 150 ans [Page consultée le 19 août 2012] Adresse URL

Dans le livre Le séminaire de Québec de 1800 à 1850 de Noël Baillargeon, publié aux Presses de l’Université Laval, on raconte qu’en 1833, on a simulé un procès où l’accusé était un sourd-muet. Pour jouer le rôle de l’accusé et du témoin, on avait fait appel à deux élèves de l’école de Ronald Macdonald. Vous pouvez lire le compte-rendu dans le journal Le Canadien du 16 août 1833, troisième page.

Billets reliés

Banque d’images en Univers social

Une école virtuelle: l’expérience de l’école au 19e siècle au Canada

Et c’est le retour en classe… (Images de l’éducation à Montréal 1867-1931)

Photographies: jouets anciens du XIXe et du XXe siècle

Publicités