Neuf règles conjugales [1930]

Extrait du journal Le Gaspésien, 4 octobre 1930

Neuf règles conjugales

La fédération californienne des clubs féminins vient de publier une liste des règles destinées à assurer à une femme la fidélité et la tendresse de son époux. Les voici:

Soyez gentiment habillée pour le petit déjeuner.

Obtenez de votre mari qu’il sorte le soir, avec vous deux fois par semaine. Le reste du temps, laissez-le en paix à la maison.

Payez toutes les notes du ménage avant de vous commander une robe.

Ne demandez jamais à votre mari de vous aider dans les besognes ménagères.

Ne permettez jamais à votre belle-mère de venir passez chez vous les dimanches après-midi.

Ecoutez votre mari, s’il aime s’entendre parler.

Demandez-lui son avis dans toutes choses.

Soyez tendre, mais ne soyez pas trop tendre.

Faites-lui croire que vous être une pauvre créature, tandis qu’il a neuf pieds de haut, la force du lion et le courage de Napoléon.

Ces règles ne manquent pas d’intérêt, car elles ont été composées après de longues discussions, par un groupe de femmes qui sans doute avait affaire à des types d’hommes bien différents. Cependant, elles sont loin d’avoir la même valeur. La première appelle la discussion; bien des femmes sont trop occupées le matin pour s’habiller gentiment dès huit heures. La seconde règle est excellente. Les trois suivantes sont des questions d’espèces. Quant aux dernières, elles ne semblent guère venir d’un pays où la femme est émancipée. Elles pourraient aussi bien avoir pris naissance dans un harem.

Bon dimanche!

Billets reliés

Banque d’images et chroniques du Musée de la Gaspésie

Sur le web: Mémoires de marées – Survol des naufrages gaspésiens

Une bombe nucléaire larguée dans le Saint-Laurent (St-André de Kamouraska, 10 novembre 1950)

Patrimoine horticole: Les Jardins de Métis

Publicités

7 Replies to “Neuf règles conjugales [1930]”

  1. Je te lis tous les jours. J’aime bien ces retours en arrière qui portent à réflexion.
    Que diront les gens de nous dans 100 ans sur notre façon de vivre…?
    On ne le saura probablement jamais.

    J'aime

Commentaires fermés