Les frères siamois Eng et Chang Bunker visitent Québec [juillet 1835]

Les jumeaux Chang et Eng Bunker (non-daté). Source: wikipédia

Au XIXe siècle, il était courant d’exhiber, lors de tournées, des gens atteints de difformités, de maladies rares, bref, des gens à l’apparence différant de ce qui était considéré comme étant la normale.

Les frères Eng et Chang Bunker avaient la particularité d’être des frères siamois.

Nés au Siam (Thaïlande) en 1811,  ils quittèrent leur pays en 1829, s’exposant pendant près d’une décennie à la curiosité des spectateurs des Caraïbes, du  Canada et des États-Unis.   A la fin des années 1830, ils décidèrent de cesser la vie de tournée pour s’établir sur une ferme en Caroline du Nord. Ils épousèrent en 1843 deux soeurs, Adelaide et Sarah Yate et ils eurent 21 enfants. Les frères Bunker décédèrent le 17 janvier 1874.

En 1835, les jumeaux s’arrêtèrent à Montréal puis à Québec dans le cadre de leur tournée.

Voici deux articles publiés dans le journal Le Canadien de Québec. Vous noterez que l’on tente visiblement de rassurer les éventuels visiteurs quant à l’apparence des frères Bunker.

La Minerve, 20 juillet 1835

Le Canadien, 25 juillet 1835

On remarquera que les JUMEAUX SIAMOIS sur lesquels nous avons publié une notice dans une de nos dernières feuilles, sont arrivés en cette ville, et qu’ils reçoivent les visiteurs au City Hotel, près de l’église Ecossaise. Ces jeunes gens n’ont rien dans leur physique qui puisse affecter les personnes les plus nerveuses.

Le Canadien, 24 juillet 1835

Le Canadien, 29 juillet 1835

Les JUMEAUX SIAMOIS continuent à recevoir les visiteurs, qui se rendent tous les jours en grand nombre aux logemens qu’ils occupent. Nous apprenons qu’ils doivent partir de cette ville Samedi prochain, de sorte que ceux qui n’ont pas encore vu la curiosité naturelle qu’offre leur union, n’ont pas de temps à perdre. Nous les avons visités et nous pouvons joindre notre témoignage à ceux de tous les autres Journalistes, en disant que ce phénomène n’offre rien de repoussant à l’oeil; qu’au contraire la parfaite union d’esprit et de volonté qui parait régner entre les deux frères, le bonheur qu’ils avouent eux-mêmes goûter dans leur état, tout cela est bien loin de laisser dans l’esprit aucune impression pénible.

Un article sur Eng et Chang Bunker est aussi paru dans le Quebec Mercury du 25 juillet 1835.

Vous connaissez maintenant l’origine du terme frère siamois.

Pour en savoir plus: Exposition virtuelle de l’Université de la Caroline du Nord sur les frères Bunker (en anglais) http://www.lib.unc.edu/dc/bunkers/ On peut voir ici les honoraires qu’ils ont reçu pour leur prestation à Montréal et à Québec (p. 26 et 27).

Billets reliés

Le général Tom Pouce à Québec [juillet 1848]

Buffalo Bill et le Wild West Show [août 1885, Montréal]

Un visiteur prestigieux à Montréal et à Québec (mai 1842)

L’épidémie de choléra de l’été 1832 à Québec

Publicités

5 commentaires

  1. Audibert dit :

    Vicky, vous dites: »Les frères Eng et Chang Bunker avaient la particularité d’être des frères siamois. »
    Ils ont aussi la particularité, puisqu’ils venaient du Siam, d’être à l’origine même de la désignation de cette pathologie!;-)

    J'aime

  2. Effectivement, Audibert 🙂

    J'aime

  3. Audibert dit :

    Oups, vous l’aviez dit à la fin de votre billet! Z’avais pas vu, désolé…

    J'aime

  4. Cette petit phrase n’était pas dans la première version du texte; je l’ai ajouté après votre commentaire 😉

    J'aime

  5. Audibert dit :

    Ouf! Moi qui pensais avoir mal lu (la berlue) la première fois! J’ai donc l’insigne honneur d’une modeste contribution? 😉

    J'aime

Les commentaires sont fermés.