Le pont sur la rivière Montmorency cède [30 avril 1856]

Le Canadien, 2 mai 1856

LE PONT DE MONTMORENCY

Nous ne pûmes qu’annoncer mercredi le double accident de la rupture de Pont suspendu de Montmorency et de la perte de quelques personnes que sa chute avait entraînés dans la cataracte. Des rapports authentiques sont venus depuis confirmer la réalité de ce désastre, et la nouvelle en a été reçue partout avec un étonnement égale à la sensation qu’elle a produite. La narration qui va suivre émane d’un correspondant digne de foi, qui lui-même la tient de deux témoins oculaires de l’événement:

 »Mercredi matin, à près de neuf heures moins un quart, Ignace Côté, cultivateur de l’Ange-Gardien, traversait le Pont suspendu, en venant à la [illisible]au dernier moment où on le vit, il avait franchi au-delà de la moitié du Pont, et conduisait son cheval en tenant les guides, à côté de sa voiture. Sa femme, Angélique Drouin, suivait à une vingtaine de pieds de distance.Un jeune homme de 14 ou 15 ans, du nom de Louis Vézina, qui s’en retournait avec deux pains, vers le côté nord-est de la chute, était dans le même temps qu’eux sur le pont, mais plus en arrière. Sur l’entrefaite, arrive, au bord nord-est du Pont, un autre cultivateur, M. Louis Cloutier (celui-ci est du Château-Richer). En voyant sur le pont une espèce de vireveau (winch) qui aurait pu causer frayeur à son cheval, il s’arrêta pour regarder venir une autre voiture, dans l’intention de s’aventurer sur le Pont immédiatement après elle. A peine venait-il de détourner la tête, qu’il entendit un grand bruit de chaînes se déroulant avec vitesse, et des cris, qui étaient probablement ceux des infortunés voyageurs. Il reporte aussitôt sa vue sur le pont, et il voit déjà disparu dans sa moitié sud-ouest, avec la voiture et les deux personnes nommés plus haut. L’autre moitié du pont disparut aussi, de sorte qu’il ne resta plus rien de la construction au-dessus du précipice, et le tout s’était passé presque avec la rapidité de l’éclair.

Un autre jeune homme, François-Xavier Lépine, qui est aussi de l’Ange-Gardien, était au moment de traverser le Pont dans la direction nord-est. Arrivé à l’endroit où les chaîne s’ancraient dans le sol, au sud-ouest du Pont, il les vit se briser avec violence, en premier lieu du côté nord, puis du côté sud de sa largeur. Il avait aperçu les personnes qui étaient sur le Pont et il les vit disparaître en même temps que le Pont s’affaissa pour tomber avec elles dans l’abîme, d’une hauteur que l’on dit être de cent pieds.

Le bris des chaînes et le craquement du Pont se fit entendre à vingt arpens de distance.

Paul Paradis, un des ouvriers qui avaient travaillé à la construction du Pont, se trouvant au haut d’une échelle appuyée sur un des massifs de pierre du côté nord-est, quand il se rompit, manqua d’être emporté avec les chaînes qui aboutissaient de ce côté.

Il est d’autant plus triste qu’un pareil malheur (qui est en même temps une très grande perte) soit arrivé, que les surveillants, directeurs ou commissaires ont été avertis par la voix publique et même d’une manière expresse, des dangers dont le Pont Suspendu menaçait le public, et que le dérangement du Pont ou de ses fils était à leur entière connaissance. Hé bien, croit-on que le vieux Pont, qui était solide et que le public préférait, a été fermé malgré ces avertissements, et que l’on a contraint les voyageurs à passer sur le Pont Suspendu!…. »

Cette dernière observation de notre correspondant est strictement vraie, et l’on nous met en mesure de prouver qu’une lettre adressée, avant l’accident relaté plus haut, à la commission des Chemins à Barrières, la sollicitait de prendre les mesures de sûreté que nécessitait l’état défectueux du Pont suspendu, déjà ébranlé par des accidents antérieurs, et allait jusqu’à lui démontrer que  »le sort de ceux qui avaient à franchir le précipice, ne pouvait être que très risqué. » L’événement confirme aujourd’hui cette prévision qui, malheureusement, et bien à tort pour ceux que cela regarde, n’a pas obtenu créance. Le devoir des gardiens de la sûreté publique les obligeait évidemment, soit à plus de circonspection, soit à une connaissance plus entière des particularités de leur position ainsi que des intérêts qui leur étaient confiés. Le Chronicle s’attend à ce qu’une enquête éclaircira cette grave affaire. Nous l’espérons avec lui, et nous regardons une enquête, dans de telles circonstances, comme une des mesures les plus indispensables.

Pour en savoir plus

Jean-Marie Lebel.  »Des ponts sur l’indomptable rivière Montmorency ». Commission de la capitale nationale. [Page consultée le 21 septembre 2012]

Billets reliés

Basculer dans le vide [Beloeil, 29 juin 1864]

Collision [Intercolonial, entre le Bic et Rimouski, mars 1889]

Glissement de terrain à Notre-Dame de la Salette [26 avril 1908]

Un chemin de fer sur le Saint-Laurent [1880-1883, Hochelaga-Longueuil]

Explosion au chemin de fer de la Baie des Ha! Ha! [14 avril 1910]

L’explosion d’Halifax, Nouvelle-Écosse, 6 décembre 1917

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Crimes et catastrophes, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le pont sur la rivière Montmorency cède [30 avril 1856]

  1. Ping : Bloguer ou ne pas bloguer » The Lady at Frisco

  2. Audibert dit :

    Merci Vicky! Quelle description: on s’y croirait! Gulp! D’ailleurs chaque fois que je m’aventure sur le pont suspendu actuel, je pense à cet évènement terrifiant.

    J'aime

  3. Quand je vois le vieux pont de Québec, j’ai toujours une pensée pour les effondrements de 1907 et 1916 (effet secondaire dû à la lecture de vieux journaux).

    J'aime

Les commentaires sont fermés.