Le reporter du Cancan en mission spéciale: dénicher la commère des commères [Québec, 1878]

Extrait du Cancan, 13 juillet 1878

Extrait du Cancan de Québec, 13 juillet 1878

Voir et jaser, telle est la mission que nous lui avons confiée.

Le choix du Cancan a tombé sur une commère de Stadacona parce que les dames de ce pays ont la réputation d’avoir la langue singulièrement bien pendue. Au concours que nous lui avons fait subir, la palme a été chaudement disputée par des poisonnières du marché Jacques-Cartier, de la Hall de la Basse-Ville et par certaines breilles qui fréquentent le magasin de M. Hudon. Mais la représentante de Stadacona a triomphé parce qu’elle pouvait dire 25 paroles à la minutes, et détruire 25 réputations par heure.

Malheureusement, le député de Montmorency n’avait pu se présenter, la palme lui serait revenue de droit, la réputation de ce monsieur étant solidement établie le met déjà hors concours.

Que les commères de St-Sauveur ne soient point jalouses, nous connaissons leurs qualités et nous savons apprécier leur mérite.

Le Cancan les conserve pour une plus grande circonstance.

Billets reliés

Les femmes parfaites [1905]

Cette classe d’individus inutiles [1905]

Les commandements de la ménagère [1906]

Comment déranger les députés [Québec, 12 février 1836]

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Crimes et catastrophes, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.