La grippe espagnole à Québec, première partie [27 septembre 1918]

Voici quelques articles provenant de l’Action catholique.

Extrait de l’Action catholique, 27 septembre 1918

LA GRIPPE ESPAGNOLE
__
QUE FAIT NOTRE DEPARTEMENT D’HYGIENE & LE DOCTEUR JOLICOEUR LUI REPROCHE DE NE PRENDRE AUCUNE MESURE DE PRECAUTION – L’OPINION DU DR SIMARD- L’EPIDEMIE SE PROPAGE AUX E.U.

Aux cours d’une entrevue hier soir, le coroner Dr Jolicoeur a fortement dénoncé le département municipal d’hygiène parce qu’il n’a encore pris aucune mesure de précaution contre l’épidémie de grippe espagnole qui nous menace. Il est convaincu que la maladie existe dans notre ville. Neuf matelots sont morts de la grippe espagnole: leurs cadavres ont été transportés dans les rues de la ville et les autorités civiques n’ont rien fait pour empêcher la maladie de se propager.

Le coroner dit que lorsqu’il a appris que les cadavres de ces matelots étaient à la morgue, il a recommandé à M. Moisan, l’entrepreneur de pompes funèbres, de demander au département d’hygiène de faire une enquête. M. Moisan s’est conformé à la recommandation du coroner, il a averti les autorités civiques, mais personne n’est allé à la morgue pour s’occuper de cette affaire.

Le coroner dit aussi qu’il n’a pas été informé officiellement que deux décès causés par la grippe espagnole se seraient produits à l’Hôtel Dieu.

L’OPINION DU DR A. SIMARD

D’après le Dr. A. Simard, président du Conseil d’hygiène de la province de Québec, il n’y a pas de grippe espagnole. Il s’agit tout bonnement de la grippe tout court, une maladie connue et que la faculté sait pertinement comment combattre.

La seule différence en ce qui concerne la nouvelle épidémie qui après tant de ravages en Europe a fait son apparition aux États-Unis, et pénétré en Canada causant par malheur un grand nombre de victimes, c’est l’acuité que prend la maladie dans certains cas et les complications qu’elle provoque.

Somme toute le nom ne fait rien à la chose: ce qu’il faut retenir, c’est ce que cette épidémie de grippe est plus maligne que certaines de ses précédent et qu’il importe par conséquent de prendre toutes les mesures préventives voulues pour en prévenir la propagation. Le docteur Simard assure que la chose est faite.

Quelques jours plus tard…

L’Action catholique, 2 octobre 1919

LE MANÈGE ET LA CITADELLE EN QUARANTAINE

__
LES AUTORITES MILITAIRES PRENNENT DE GRANDES MESURES DE PRECAUTION CONTRE LA GRIPPE – 34 CAS AU MANÈGE

__

De grandes mesures de précaution ont été prises, hier, par les autorités militaires, pour enrayer la propagation de la grippe espagnole. Le manège militaire et la citadelle ont été mis en quarantaine en raison des ravages que la maladie commençait à faire parmi les conscrits. L’ordre de quarantaine a été donné vers 1 heure. On comptait alors au manège seulement trente quatre cas.

Un millier d’hommes sont en quarantaine aux deux endroits.

La maladie se développe aussi dans la population civile de Québec, et plusieurs fabriques se trouvent sensiblement affectées par le grand nombre de maladie parmi leurs employés.

Les médecins municipaux prient les médecins de la ville de leur rapporter tous les cas qui seront portés à leur connaissance afin qu’il puissent prendre les mesures de précaution nécessaires, s’il est constaté qu’il n’y a pas danger de contagion.

La situation ne s’améliore pas…

Extrait de l’Action catholique, 8 octobre 1918

L’Action catholique, 8 octobre 1918

LES ECOLES SONT FERMEES
__
CETTE MESURE A ETE PRISE A LA SUGGESTION DES MEDECINS DE LA VILLE- ON VERRA, CE SOIR, A FERMER LES THEATRES – POUR ENRAYER L’EPIDEMIE DE GRIPPE

__

Suivant la suggestion faite, hier matin, à al [sic] conférence des médecins au sujet des mesures à prendre pour combattre l’épidémie de grippe, les Ecoles de la Commission Scolaire Catholique ont été fermées ce matin, sur ordre du Département d’Hygiène de la cité.

La chose a été communiquée, hier soir, à la Commission Scolaire par le secrétaire, M. Antoine Taschereau. Les membres de la commission ont été unanimes a reconnaître que cette mesures s’imposait.

Une réunion du comité de santé aura lieu, ce soir, à laquelle des mesures seront prises pour fermer les théâtres et les autres lieux d’amusement.

A la demande des autorités sanitaires, dans toutes les paroisses, les curés ont pris des mesures pour limiter les services religieux afin d’empêcher l’agglomération et de faciliter l’enrayement de la grippe.

Billets reliés

La grande tueuse – la grippe espagnole de 1918-1919 au Québec

La grippe espagnole de 1918-1919 à Montréal

L’émeute de la variole [Montréal, 28 septembre 1885]

Irma Levasseur: première femme médecin francophone au Québec [Québec, 25 avril 1903]

Remèdes miracles de l’ancien temps: quelques publicités

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Médecine, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.