100 Polonaises viennent travailler à Saint-Georges-de-Beauce [mai 1947]

Extrait de l’Action catholique, 30 mai 1947

LES JEUNES POLONAISES ACCUEILLIES A ST-GEORGES

St-Georges de Beauce, 30 – (BUP). – La population hospitalière de St-Georges de Beauce a accueilli aujourd’hui à bras ouvert le premier groupe de 40 jeunes Polonaises arrivées ici, la nuit dernière, pour travailler à la filature de M. Ludger Dionne, député de Beauce au Parlement.

En dépit de l’heure avancée de la nuit (1 heure du matin), des Beauceronnes ont distribué des rafraîchissements aux Polonaises à leur descente de l’autobus qui les avait transportées de Bangor, au Maine. Les 40 Polonaises ont fait le voyage de Francfort, Allemagne, à Bangor, en avion.

John Adams, administrateur de la filature Dionne de St-Georges, a déclaré à la  »B.U.P » que les jeunes immigrantes étaient heureuses et pleines d’enthousiasme pour leur nouvelle patrie. Adams a ajouté que les jeunes filles auront des vacances de dix jours pour s’acclimater et il doute qu’elles soient employées à la filature avant deux semaines. Les dirigeants de la filature et des religieuses, qui prendront soin des Polonaises, formaient la majorité de la foule qui accueillit les jeunes filles à leur arrivée. On sait que 60 Polonaises viendront travailler bientôt à St-Georges.

MONTREAL, 30 (BUP). – 34 jeunes Polonaises, qui constituent le second groupe d’un total de 100 que M. Ludger Dionne s’est engagé à faire venir au Canada pour travailler dans sa filature de St-Georges de Beauce, survolaient aujourd’hui l’Atlantique et elles sont attendues à Montréal cet après-midi.

Premier groupe de Polonaises arrivées à St-Georges de Beauce. Extrait de l’Action catholique, 31 mai 1947,

Les 34 Polonaises font le voyage de Francfort, en Allemagne, à bord d’un appareil d’Air-Canada. Un premier groupe de 40 est arrivé par avion hier au Maine et le reste du voyage jusqu’à St-Georges de Beauce s’est effectué en autobus. Ces 40 premières Polonaises sont arrivées à St-Georges la nuit dernière. Le coût du transport des 100 Polonaises est de $45,000 et il est entièrement défrayé par M. Ludger Dionne, député de Beauce aux Communes. Les 26 dernières Polonaises sont attendues demain à Montréal.

L’Action catholique, 4 juin 1947

A lire:

Cent Polonaises ont débarqué à Saint-Georges il y a 65 ans, L’Éclaireur-Progrès, 22 septembre 2012.

Billets reliés

Aziz George Nakash, photographe arménien à Beauceville, Sherbrooke et Montréal (1892-1976)

Le patrimoine religieux de Sainte-Marie de Beauce

Transmission de la mémoire d’une région par ses aînés: l’exemple des Etchemins (Bellechasse)

6. Ces gens qui ont marqué notre histoire: Georges Pozer

Auteur : Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.

1 thought on “100 Polonaises viennent travailler à Saint-Georges-de-Beauce [mai 1947]”

Les commentaires sont fermés.