Pendaison des patriotes Cardinal et Duquette [21 décembre 1838]

Un épisode des Rébellions de 1837-1838…

Le Canadien, 24 décembre 1838

CARDINAL ET DUQUETTE!

Le Bourreau vient d’être mis à l’oeuvre. Dix des prisonniers pris au Village des Sauvages du Sault St. Louis, avaient été condamnés à mort, comme on sait, six recommandés à merci, et on apprit ensuite que des quatre qui restaient deux avaient eu ou devaient avoir leur sentence commuée en transportation pour la vie. Les murmures du tigre que faisaient entendre quelques journaux, sur le délai qu’on mettait à leur donner du sang, faisaient même espérer que le chef de l’Exécutif écouterait la voix de l’humanité et de la saine politique. Mais non; [Joseph-Narcisse] CARDINAL et [Joseph] DUQUETTE ont été, dans la vigueur de l’âge, conduits au bûcher politique. Ce sacrifice de sang eut lieu Vendredi dernier; ainsi que le 21 Décembre est ajouté aux jours néfastes déjà bien nombreux dans nos fastes politiques. Puissent-ils ne plus s’augmenter.

Une lettre particulière de Montréal en date de Montréal 22 Décembre, fournit le: –

 »CARDINAL et DUQUETTE ne sont plus! La corde fatale a tranché le fil de leurs jours! Le Herald doit palpiter de joie! Il voulait du sang! Ces deux victimes lui ont été livrées, deux victimes qui, dans leur moment d’erreur, n’ont point versé de sang, pas même fait le moindre dommage à qui que ce soit! CARDINAL, l’homme le plus paisible de la terre, l’homme le plus honnête de la société, lui qui a même essayé de détourner ses compatriotes de tomber das le piège fatal! Il laisse une femme enceinte, et cinq enfans en bas âge. DUQUETTE, fils unique d’une vieille mère infortunée, et son unique appui! Il avait reçu une bonne éducation, et avait même, je crois, étudié le droit. Ils ont montré le courage le plus héroïque. Leurs gardes en étaient frappés d’admiration. Ils ont, dit-on, montré la même fermeté au lieu de l’exécution. Le pauvre DUQUETTE a été pendu par deux fois. L’Editeur du Herald doit sans doute en être d’autant plus content, lui qui est dévoré par la soif du sang de ses semblables.

MAD. CARDINAL, dont la vie est dans le plus grand danger, s’est rendue hier soir dans le cachot de son malheureux époux, lui adresser ses derniers et éternels adieux! La vieille mère de DUQUETTE a aussi rassemblé toutes ses forces pour embrasser son fils pour la dernière fois!

Des Requêtes et les Lettres ont été adressées à Sir John Colborne, implorant la grâce ce ces deux infortunés. Les Evêques, des membres du clergé, les Sauvages même qui les avaient fait prisonniers, tous ont supplié en vain. MAD. CARDINAL a présenté elle-même une Requête à Lady Colborne, la suppliant d’intercéder pour elle. Inutilement; Lady Colborne lui offrir de l’argent, huit piastres, dit-on. L’épouse malheureuse et sensible dit que c’était la vie de son mari, et non de l’argent, qu’elle sollicitait!! »

La même lettre mande que Sir John Colborne n’aurait pas ordonné ces exécutions de son propre mouvement, mais qu’il a été obsédé, et entraîné à plaire à ceux qui lui demandaient du sang, et que le corps des deux malheureux allaient être rendus à leurs familles.

Onze autres prisonniers avaient eu avis de leur procès, entre autres le Capit. MORIN et son fils, et un jeune LEVESQUE.

La double pendaison de l’infortuné DUQUETTE, dont parle le correspondant ci-dessus, est venu de ce que la corde lui a glissé jusqu’à la bouche, et il resta suspendu de cette horrible manière pendant une douzaine de minutes, jusqu’à ce qu’une autre corde lui eut été mise autour du cour et vint mettre un terme à ses souffrances.

M. DUQUETTE était sous brevet avec M. CARDINAL.

M. CARDINAL s’occupa Jeudi l’après-midi à signer un grand nombre de papiers professionnels.

Il n’est pas besoin de dire que les deux patients furent accompagnés au supplice par un prêtre Catholique.

Billets reliés

Déportation des Patriotes aux Bermudes [juillet 1838]

Un Patriote de retour d’exil [1846]

Un dernier adieu à Louis-Joseph Papineau [Montebello, 26 septembre 1871]

La justice en 1817,1837 et 1857: quelques exemples de condamnations

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Crimes et catastrophes, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Pendaison des patriotes Cardinal et Duquette [21 décembre 1838]

  1. Ping : Rébellions 1837-1838 | Pearltrees

Les commentaires sont fermés.