L’inquiétant Dr. Tumblety [Montréal, 1857]

Francis Tumblety. Extrait de A Sketch of an Eventful Career by Francis Tumblety, Brooklyn, New York, 1889

Francis Tumblety. Extrait de A Sketch of an Eventful Career by Francis Tumblety, Brooklyn, New York, 1889

La Minerve, 24 septembre 1857

Le Dr. Tumblety- Ce soi-disant Dr. Indien (Indian Herb Doctor) a été avant-hier, sur warrant du Surintendant de la Police, incarcéré dans la prison commune de cette ville pour une offense que nous ne nommons pas mais qui est prévue par l’Acte 5 Vict. chap. 27.

L’enquête dans cette affaire a été commencée hier devant M. le surintendant de la Police. Deux personnes ont été entendues savoir: Philomène Dumas, principal témoin et Joseph Simard de la police riveraine.

Mardi, 29 septembre 1857

F. Tumblety

 »Il y a six semaines, ou deux mois, un individu arrivait de Toronto à Montréal. Dans cette dernière ville d[sic] se donnait comme docteur et disait s’appeler F. Tumblety.

Quelques temps après son arrivée, Tumblety s’installait dans la Grande rue St. Jacques, à côté de la Banque Britannique de l’Amérique du nord. Les journaux l’annonçaient comme Indian herb Doctor. Bientôt, la ville fut inondée de brochures obscènes.

 »Sur la couverture de l’une de ces brochures ont lit:

Dr Tumblety’s
Private Medical Treatise

 »Sous ce titre se trouve le portrait de l’auteur et au dessous l’avis suivant:
An invaluable Family Companion.- Fathers, Mothers! read this book. Give it ot your sons and daughters, let them read it – a pure true, safe and perfect guide to health, usefulness and long life.

(Compagnon de Famille inestimable – Pères et mères! lisez ce livre, Donnez le à vos fils et à vos filles. Qu’ils le lisent- C’est un guide pur, vrai, sûr d’une bonne santé, de l’utilité et d’une longue vie.

 »Derrière cette couverture se trouve un second titre dont l’ignoble rédaction est faite pour soulever de dégoût les débauchés eux-mêmes. Et la brochure, qui contient quarante-sept pages, est le tissu de saletés le plus infâme qu’il soit possible d’imaginer.

 »Depuis le titre jusqu’au dernier feuiller, il est impossible de citer une phrase qui ne soit encadrée d’ignominie ou ne porte un cachet honteux. Si nous avons jeté les yeux sur ce recueil d’ordure, c’est qu’un devoir impérieux nous le commandait.

 »On ne tardera pas à en avoir la preuve.

 »Le rédacteur de la brochure ne sait probablement pas un mot de français; ce qui ne l’empêche point de la signer: F. Tumblety, M. D, Gradué de l’Université de PARIS, membre du College royal de Pharmacie.

 »Tumblety, l’homme qui a fiché une gravure de son portrait, sur la brochure doit se tromper. A moins qu’il n’y ait un Paris inconnu de nous, capitale du royaume de Humburg, il ne possède d’autres grades que ceux auxquels il a rêvé.

 »En tout cas, Tumblety, une fois fixé dans la rue St. Jacques, se donna comme médecine des maladies de femmes. Il laissa clairement supposer qu’il se chargeait de faire disparaître les traces de certaines faiblesses, s’il ne publia pas ses intentions.

 »La police avertie, résolut de vérifier les rumeurs qui se répandaient dans la ville. Personne ne trouvera cette résolution blâmable. Elle était dirigée par un esprit d’ordre et de moralité louable. Pour avoir la preuve exacte de ce qu’elle désirait, la police, représentée par un agent, le nommé Simard, engagea une fille publique à jouer un rôle dans ses plans. La fille consentit. Simard alors se transporta chez Tumblety et lui demanda s’il voudrait lui donner des remèdes pour faire évanouir la grossesse d’une jeune personne qu’il avait mise enceinte. Tumblety répondit affirmativement, en exigeant $20 pour sont [sic] traitement. On convint d’une heure où la personne viendrait visiter l’Esculape.

Puis, Simard alla chercher la fille publique, l’amena dans le cabinet de l’empirique, qui examina cette fille, admit sa prétendue grossesse, et lui remit diverses poudres et préparations pharmaceutiques en l’assurant que ces médicaments la guériraient. Avant de quitter le cabinet de Tumblety, à la vue de celui-ci, la fille goûta aux remèdes. Ensuite elle partit avec son compagnon.

 »Simard vint déposer des faits devant M. le magistrat et surintendant de police, qui donna l’ordre d’appréhender Tumblety.

 »Prévenu d’avoir volontairement vendu des emménagognes (?)abortifs, Tumblety comparaissait mercredi dernier devant le magistrat de police, pour être l’objet d’une enquête. L’avocat de l’inculpé et les rapporteurs de la presse seuls assistèrent à cette enquête. Elle eut pour effet d’exposer les actes que nous venons de signaler. Hier les recherches ont été poursuivies; elles doivent se terminer aujourd’hui, samedi, à onze heures.

L’auteur de l’article discute ensuite de la technique utilisée par la police, soit le guet-apens, pour prendre sur le fait Tumblety. Il est en faveur de cette méthode, contrairement à  certains journaux anglophones.

Le 3 octobre, la Minerve annonce

Le Dr Tumblety -Mercredi, vers quatre heures de l’après-midi, d’après un Writ d’habeas corpus accordé par le juge Guy, Dr. le Tumblety a été admis à caution.

Le 24 octobre, le jury rend un verdict de  »no true bill » (non-lieu). Il était libre.

**

Quelques 30 ans plus tard, Tumblety figurera sur la liste des suspects dans l’affaire de Jack L’Eventreur.

Pour en savoir plus

« Dr. Tumblety, the Indian HerbDoctor »: Politics, Professionalism,and Abortion in Mid-Nineteenth-Century Montreal par Michael McCulloch, CBMH/BCHM / Volume 10: 1993 / p. 49-66

A few passages in the life of Dr. Francis Tumblety, the Indian herb doctor .. (1866) par Francis Tumblety

Billets reliés

Histoire judiciaire: Le docteur L’Indienne, un meurtrier en série? St-Jean-Port-Joli, 1829

Découverte de squelettes à Lévis: les victimes du Docteur L’Indienne? [juillet 1865]

Arrestation du Dr Crippen à Pointe-au-Père, auj. Rimouski [31 juillet 1910]

Alerte à l’imposteur! [septembre 1842]

Un médecin morphinomane [Juin 1905]

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Crimes et catastrophes, Médecine, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.