Une femme condamnée à réintégrer le domicile conjugal [Montréal, 1920]

La Patrie, 23 avril 1920

LA FEMME DOIT SUIVRE SON MARI PARTOUT OU IL VEUT RESIDER
__
Le juge Coderre énonce ce principe en contraignant  »manu militari » s’il le faut, une épouse à réintégrer le DOMICILE CONJUGAL

__
L’épouse devra réintégrer le domicile de son époux, et s’il le faut, elle y sera contrainte manu militari.

Ainsi en a décidé, ce matin, l’honorable juge Coderre, siégeant en cour de Pratique, dans la cause de Damien Durivage contre Clarilda Forges. Il s’agit d’une action par laquelle le mari veut forcer sa femme à venir résider avec lui à Montréal.

Le 18 décembre 1916, celle-ci a abandonné le domicile conjugal et est allée demeurer sans raison valable chez son père où elle demeure encore dans la province d’Ontario.

Son mari a toujours tenu à son égard une conduire irréprochable à titre d’époux que de chef de famille et lui a fourni les choses nécessaires à la vie suivant ses moyens et sa conditions sociale.

Il tient feu et lieu à Montréal et il est prêt à la recevoir à son domicile.

Les démarches qu’il a fait pour la faire réintégrer le domicile conjugal sont demeurées inutiles jusqu’à ce jour.

La cour a disposé de la cause de la manière suivante:
 »Vu l’article 175 du code civile qui fait à la femme une obligation d’habiter avec son mari et de le suivre partout où il juge à propos de résider.

 »Ordonne à la défenderesse de réintégrer le domicile conjugal, à y demeurer et à vivre comme sa femme et ce dans un délai de 15 jours à compter de la signification à elle faite d’une copie du présent jugement: l’a déclaré déchue de son droit d’exiger du demandeur des sources alimentaires et en outre permet au demandeur de recourir à la contrainte par corps (manu militari) pour forcer la défenderesse à revenir au dit domicile conjugal; le tout avec dépens. »

Billets reliés

Conduite sacrilège [Québec, 30 octobre 1885]

Il ne paiera pas les dettes de sa femme [1871]

Le charivari [ou comment déranger les nouveaux mariés]

Petites histoires immorales [juin 1891]

Une rubrique des naissances, mariages et décès pas banale [1817]

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Préjugés et morale, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.