La procession de la Fête-Dieu à Québec en 1852

Le Canadien, 14 juin 1852

LA PROCESSION DE LA FETE-DIEU a eu lieu hier matin dans les deux paroisses de cette ville par un très beau temps. Dans la paroisse de Notre-Dame, elle s’est rendue de la cathédrale à l’église du faubourg Saint-Jean, par les rues de la Fabrique et Saint-Jean, sans arrêter nulle part, et est revenue par le même chemin. Il n’y avait point de musique. C’était Mgr l’archevêque qui portait le Saint-Sacrement. Les rues bordées d’arbres et pavoisées présentaient un coup d’oeil magnifique; mais ce n’était rien en comparaison de Saint-Roch, qui s’est encore surpassé cette fois dans la décoration des rues Saint-Joseph et des Fossés surtout, que la procession a parcourues depuis la rue de la Couronne jusqu’à la rue Saint-Nicolas, par lesquelles elle a passé de l’une à l’autre des deux premières. Ces rues, dans tout leur parcours, étaient pavoisées, bordées d’arbres et traversées en divers endroits, celle des Fossés particulièrement, par des arcs de triomphe de verdure, chargés de couronnes, de festons et d’autres ornements en profusion. Deux élégants reposoirs s’offraient, l,un en face de chez M. Pâquet, sur la rue des Fossés, et l’autre chez M. Légaré, instituteur, sur la rue Saint-Joseph. La pompe de la cérémonie était rehaussée par la belle musique de la société Saint-Jean-Baptiste. C’était M. le curé de la paroisse qui portait le Saint-Sacrement, qui là, comme à la Haute-Ville, était précédé d’une longue et double file d’enfants des écoles des deux sexes en uniforme, et suivi d’une foule immense de peuple, à Saint-Roch surtout.

Billets reliés

Site internet: Le patrimoine immatériel religieux du Québec

La statue de Notre-Dame-du Saguenay à Cap-Trinité [1881]

Départ des zouaves pontificaux pour Rome [Montréal, 19 février 1868]

Celui qui avait levé sa tête contre l’autorité de ceux devant lesquels il devait la courber [L’Ile aux Coudres, 1808]

Publicités