Les robes échancrées [Québec, 1919]

L’Autorité, 12 avril 1919

UN EXEMPLE DE VERTU
__
LA MAISON PAQUET, DE QUEBEC, PROSCRIT CHEZ ELLE LES ROBES ECHANCREES
__

(Service spécial de  »L’Autorité ».)

Québec, 11. – Notre bonne vieille ville, après avoir donné au reste de la province des exemples plus ou moins bien suivis, lui en offre un autre qui ne saurait manquer d’être adopté celui-là, car c’est l’exemple de la vertu.

Voici comment un journal local présente cet enseignement que Québec offre non seulement à cette province, mais au reste du monde:

 »La maison Paquet a enjoint à toutes les jeunes filles employées chez elle de porter désormais des robes montantes.

 »Ses directeurs ont donné là un exemple dont nous tenons à les féliciter.

 »Le bon exemple donné par un établissement de l’importance de la maison Paquet, ne peut manquer d’avoir un grand retentissement et nous souhaitons qu’il soit suivi. »

Seulement… on se demande si la maison Paquet ne vendra plus à ses clientes de robes échancrées, ou même si elle poussera le scrupule jusqu’à refuser de vendre des étoffes pouvant servir à des robes à la mode du jour.

Car soyons logiques… même avec la modestie.

Billets reliés

Avant le cybercommerce: une histoire du catalogue de vente par correspondance au Canada

Courir les magasins: l’évolution du commerce de détail au Québec au 20e siècle

Le téléphone à Québec [1877]

Emeute du 1er avril 1918 contre la conscription [Québec]

Publicités