Désordre à la cathédrale [Québec, 1845]

La rue Fabrique et la cathédrale, Québec. James Pattison Cockburn. BAC
La rue Fabrique et la cathédrale, Québec, 1829. James Pattison Cockburn. BAC

Le Canadien, 26 mai 1843.

Hier, pendant l’office du soir à la cathédrale, un grand désordre a été causé par un fanatique d’impiété, qui lança des pierres dans l’église par les fenêtres du côté de la rue de Buade. Au bruit qu’elles firent, l’alarme se répandit parmi les fidèles; les uns crurent que l’église était attaquée par un attroupement d’orangistes, d’autres que les jubés s’écroulaient, d’autres que c’était un tremblement de terre. Il fut poussé des cris de désespoir, un homme sauta par la fenêtre vers le cimetière; et dans le mouvement général qui se fit vers les portes, beaucoup de personnes faillirent être écrasées et plusieurs femmes et enfants perdirent connaissance.

L’individu cause de ce désordre fut aussitôt arrêté par la police et conduit en prison. Il a été mené ce matin au bureau de la police et condamné à deux mois de travaux forcés, au pain et à l’eau. Le malheureux a montré le plus grand sang-froid, et a déclaré se nommer James Hafford, natif du comté de Lougford, en Irlande, et avoir servi quatre années dans le 94e régiment. Débarqué à Québec en 1828, il serait parti aussitôt pour les États-Unis, et il les aurait tous parcourus à l’exception de trois. Il a dit qu’il n’avait aucune religion, et qu’il ne connaissait pas l’homme qu’on appelait Dieu; ajoutant qu’il ferait encore la même chose au sortir de la prison; qu’il ne se souciait pas quelle église c’était, et qu’il y avait trop d’églises.

Billets reliés

Ce n’est pas tout le monde qui apprécie le tramway (Québec, 2 octobre 1865)

Un jeu dangereux [Québec, été 1869]

Prière d’apporter vos vêtements quand vous sortez [une chaude journée de juillet 1880 à Québec]

Conduite sacrilège [Québec, 30 octobre 1885]

Publicités