Le géant Beaupré est mort [1904]

La Patrie, 5 juillet 1904

LE GEANT BEAUPRÉ EST MORT
__
C’était une des figures les plus connues de toute l’Amérique du Nord
__
C’est probablement le plus grand des hommes
__

Edouard Beaupré. Extrait du journal l’Inter-mountain farmer and ranchman publié à Salt Lake city, 25 février 1902.

Les dépêches nous apprennent la mort d’Edouard Beaupré, le géant, arrivée dans la nuit de samedi, à l’exposition de St-Louis. Le géant canadien aurait succombé à la consomption. Après une journée joyeuse à donner des représentations sur le Pike, il se sentait très bien.

Tard dans la nuit, il demande une tasse de thé et commença immédiatement à cracher le sang et mourut avant l’arrivée des médecins.

Beaupré était bien connu à Montréal. C’est ici, on s’en souvient, que venu il y a trois ans, pour suivre un traitement médical, il commença à s’exhiber. C’est donc à Montréal qu’il se révéla au monde entier. Sa personnalité passionna pendant longtemps l’opinion et on accourait de loin pour le voir. Longtemps il s’exhiba dans une buvette au coin des rues Ste-Catherine et Maisonneuve; on dit qu’il y fit même beaucoup d’argent. Il fit plusieurs séjours à Montréal. Au printemps dernier il quitta la métropole canadienne pour toujours.

C’était réellement un géant, mesurant huit pieds et deux pouces de hauteur, pesant 378 livres et doué d’une force herculéenne. On se rappelle encore sa lutte homérique avec Louis Cyr, le champion des hommes forts. La facilité avec laquelle le géant se laissa ceinturer par le champion consola celui-ci de sa défaite humiliante aux mains de Georges Little, quelques mois auparavant.

Beaupré n’était pas beau garçon en dépit de sa magnifique stature, aussi ne rapporte-t-on de lui aucune aventure galante. Il avait la figure difformée et cette difformité était la suite d’une chute de cheval. Beaupré était cow-boy dans sa jeunesse; il fut excellent cavalier jusqu’à ce que ses jambes, lui étant poussées trop longues, elles traînaient sur le sol quand il galopait.

Extrait du San Francisco call, 1er mai 1902

Extrait du San Francisco call, 1er mai 1902

Ce qui sera à tout à fait de nature à réjouir ceux qui auraient voulu ajouter à leur taille une ou deux des coudées que le géant avait de trop, c’est que chez Beaupré, l’excès du développement physique correspondait à un manque complet de développement intellectuel, c’était un grand nigaud chez qui un défaut de langue rendait incompréhensibles les quelque paroles intelligentes qu’il disait.Le géant canadien est mort à l’âge de 22 ans; il est peu de héros qui aient autant fait parler d’eux en aussi peu de temps. Lors de sa première tournée aux États-Unis, les journaux américains rapportèrent que Beaupré parlait vingt langues ou dialectes sauvages.

Le mariage de Beaupré, des fois avec une géante, non pas du même sexe, mais de la même taille, et d’autres fois avec une timide institutrice d’un village des prairies était annoncé et faisait le tour des journaux au moins une fois tous les trois mois.

Beaupré était né à Willow Bunch, Territoire du Nord-Ouest, d’un père canadien et d’une mère métis.

Le Barnum qui exposait le géant à l’exposition de St-Louis a demandé la permission de l’embaumer et de l’exposer dans son cercueil.

Concernant les projets matrimoniaux d’Edouard Beaupré, voici un article du Inter-mountain farmer and ranchman publié à Salt Lake city, 25 février 1902. On y annonce que des négociations étaient en cours pour qu’il marie Ella Ewing, mesurant 8 pieds 4 pouces.

Billets reliés

Louis Cyr contre le géant Beaupré [Montréal, 25 mars 1901]

Décès de l’homme le plus fort au monde, Louis Cyr [Montréal, 1912]

Eugène Brosseau, champion américain de boxe amateur [1916-1917]

Les frères Dion, champions de billard [États-Unis, XIXe siècle]

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Crimes et catastrophes, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le géant Beaupré est mort [1904]

  1. Ping : Bloguer ou ne pas bloguer » Un aéroport et une gare abandonnés

Les commentaires sont fermés.