La voix magnifique de Mlle Eugénie Tessier [1887]

Eugénie Tessier. Le monde illustré, 19 novembre 1887
Eugénie Tessier. Le monde illustré, 19 novembre 1887

Le Monde illustré, vol. 4 no 185. p. 227 (19 novembre 1887)

MLLE EUGÉNIE TESSIER

Vous connaissez certainement cette charmante jeune fille, dont le nom figure souvent sur les programmes de concerts, cette ravissante artiste que la nature semble avoir privé d’un sens pour la rentre moins distraite par les yeux et plus sensible par l’oreille.

Si connu que soit déjà son nom, elle est toute jeune encore, puisqu’elle n’aura que dix-neuf ans aux feuilles prochaines. Son père, Léandre-Wilfrid Tessier, était trésorier de la Cité de Montréal. Mademoiselle Tessier n’est pas précisément aveugle de naissance, mais elle a perdu la vue quand elle n’avait que douze jours; elle n’a donc aucun souvenir de la lumière.

Sa mère, qui vit encore, est née Eugénie Sincennes.

On dit qu’à dix-huit mois à peine elle chantait en français, en anglais et (d’aucuns même l’affirment), en latin. On ajoute qu’à trois ans elle rendait très bien des morceaux de Faust et du Trouvère.

Je donne la légende pour ce qu’elle vaut, car je préfère de beaucoup les enfants qui sont de leur âge, aux petits prodiges.

Entrée au couvent de Nazareth à sept ans, elle y fit d’excellentes études classiques, se fit remarquer par ses dispositions remarquables pour la musique et étudia l’harmonie pendant cinq ans.

Son professeur est M. Letondal, aveugle lui-même.

Mlle Tessier chanta d’abord aux concertés donnés par l’Asile Nazareth, où sa voix pure et fraîche, autant que son charme d’exécution la firent remarquer, et bientôt plusieurs artistes distingués lui donnèrent leur concours.

La Société Philarmonique de Saint-Hyacinthe doit donner un grand concert le 22 courant, jour de la fête de sainte Cécile, et à cette occasion, on a demandé à Mlle Tessier de vouloir bien y figurer.

Elle a accepté, et c’est là une occasion d’aller l’applaudir une fois de plus.

De l’avis de tous les musiciens, Mlle Tessier est appelée à devenir une artiste distinguée, en travaillant et en poursuivant sans relâche ses études musicales.

Billets reliés

A l’époque du phonographe et des 78 tours: le patrimoine musical du Québec

Une bourse pour le prodige André Mathieu [1936]

L’instruction des sourds-muets [1831]

Edith Piaf donne un spectacle au Monument national [Montréal, 1948]

Publicités