Alexandre Hamelin n’est plus! [Détroit, 1849]

Le Canadien, 5 décembre 1849

ACCIDENT- Extrait d’une lettre du Détroit, 18 novembre 1849: –

« J’ai la douleur de vous informer du triste sorte qui vient d’affliger d’une manière si cruelle la famille Hamelin dans ses plus chères espérances M. Alexandre Hamelin n’est plus! il est décédé Vendredi, le 16 du présent mois, après trente-quatre heures d’horribles souffrances causées par la chute d’une maison qui s’échappa de ses piliers et l’écrasa pendant qu’il était employé sous cette maison à terminer un ouvrage de quelques minutes. Quand on l’eut retiré cinq minutes après de dessous les ruines de cette vieille bâtisse, il était horriblement mutilé, son corps était meurtri, son bras droit littéralement déchiré, la hanche cassée en trois endroits, le foie et les intestins comprimés. Mais la providence qui veillait sur ses jours infortunés ne voulut point que sa mort fut instantanée. Il eut la consolation de voir encore une fois sa famille et de remettre en paix son âme à son Créateur qu’il avait toujours aimé et bien servi.

M. Hamelin par sa mort laisse une épouse inconsolable, cinq enfants dont quatre en bas âge, deux orphelins qu’il élevait, et un grand nombre d’amis qui regretteront longtemps ses vertus et ses qualités. M. Hamelin par ses vertus, son intégrité, et sa conduite si honnête dans toutes les transactions de sa vie s’étaient fait aimer et estimer de tous ceux qui eurent l’avantage de le connaître. Enfin il était sous tous les rapports bon chrétien, bon père, bon époux et un ami fidèle, généreux et sincère. Ses funérailles eurent lieu dimanche après vêpres, suivies d’un concours du peuple extraordinaire qui attestait combien il avait été aimé et estimé. »

A. Hamelin était natif de Deschambault, et établi au Détroit depuis 20 ans; il n’était âgé que de 44 ans. – (Minerve.)

« United States Census (Mortality Schedule), 1850 »

Billets reliés

Un médecin morphinomane [Juin 1905]

Statue et plaques commémoratives de l’expédition de Lamothe Cadillac à Détroit en 1701

Ann Wiley, bourreau (1775, Détroit)

Le major Edmond Mallet, un vétéran de la guerre de Sécession

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Histoire des francophones hors Québec, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.