Une esclave soupçonnée d’être à l’origine de l’incendie de Montréal [1734]

L’extrait suivant provient d’une lettre écrite le 16 octobre 1734 par Sr Duplessis de Sainte-Hélène, supérieure de l’Hôtel-Dieu de Québec. La destinataire est probablement Madame Hecquet de la Cloche à Abbeville.

Revue Canadienne volume 12. Montréal, Quinn & Dunn, 1875, p. 188-189

« Il faut vous dire quelque chose du Canada païs de croix et de souffrances, la ville de Montreal a encore été affligée d’incendie comme en 1719, à l’exception qu’il y eut autrefois pres de cent maisons brulées, et que cette année il n’y en a que 49, mais des mieux bâties et des plus riches, il y en a qui tous seuls ont perdu plus de 500,000 liv. l’hotel Dieu dont les Rses ne sont pas de notre ordre a été envelopé dans cet accident, ces pauvres filles n’ont presque rien sauvé, tout ce qu’on pû faire fut de tirer les malades des sales et en fort peu de temps, car le feu ne dura pas plus d’une heure et demye, on a mis les Rses dans une maison d’emprunt, elles vont par un chemin couvert a une petite chapelle de la Ste Vierge qui leur sert d’eglise mais elles sont obligées de traverser la rüe pour aller servir les malades dans une maison de loüage ou on a pratiqué une sale, elles ont supporté avec affliction avec beaucoup de vertu, on espere que la cour leur aidera a se retablir, les habitants de la campagne se sont portes a lenvi a les aider a se rebatir en leur apportant des poutres des solivaux des planches &c. c’est une neigesse qui par malice a mis le feu chez une dame sa maîtresse (1), qui a causé tous ces malheurs elle a été accusée et convaincüe de ce crime, et condamnée à être pendüe, puis brulée apres sa mort, elle a été executée à Montréal apres avoir d’elle même demandé bien des pardons publiquement avec de grandes marques de douleurs, elle est morte dans de fort bonnes dispositions. (2)

(1) Madame Decouagne, veuve de M. Poulin de Francheville.

(2) Cette négresse, née en Portugal, avait été achetée dans la Nouvelle Angleterre. Pour plus de détails, voir Faillon, Vie de Melle Mance, vol. II, p. 219. Je trouve dans les Mss. de Sir Hippolyte Lafontaine, le texte de la sentence rendue à Montréal le 4 juin 1734:

« … La dite Marie Joseph Angélique accusée est déclarée suffisamment atteinte et convaincue d’avoir mis le feu à la maison de la dite Demoiselle Francheville, ce qui a causé l’incendie de partie de la ville, pour raison de quoy elle est condamnée à faire amende honorable nue, en chemise, la corde au col, tenant en ses mains une torche ardente du poids de deux livres au devant de la principale porte et entrée de l’Eglise paroissiale de la dite ville de Montréal, où elle sera menée et conduite par l’Exécuteur de la haute justice dans un tombereau servant à enlever les immondices ayant écriteau devant et derriere avec le mot « incendiaire » et là nue teste et à genoux déclare que méchamment elle a mis le feu et causé le dit incendie dont elle se repent et en demande pardon à Dieu, au Roy, et à justice, ce fait avoir le poing coupé sur un poteau qui sera planté au devant de la dite Eglise, après quoy sera menée par le dit Exécuteur dans le même tombereau à la place publique pour y être attachée à un poteau avec une chaîne de fer et brûlée vive, son corps réduit en cendres et icelles jetées au vent ».

Sur appel interjeté au Conseil Supérieur, cette sentence fut adoucie: la coupable n’eut pas le poing coupé, et ne fut brûlée qu’après sa mort.

Pour en savoir plus:
La torture et la vérité: Angélique et l’incendie de Montréal

De Remarquables oubliés: Marie-Josèphe-Angélique

Billets reliés

Ann Wiley, bourreau (1775, Détroit)

Février, mois de l’histoire des Noirs

Francis Zuell, victime d’un brutal assaut [Québec, 20 septembre 1864]

Cyberenquête – La torture et la vérité: Angélique et l’incendie de Montréal

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Personnages et événements, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Une esclave soupçonnée d’être à l’origine de l’incendie de Montréal [1734]

  1. Camilo Manjarres dit :

    bonne

    J'aime

Les commentaires sont fermés.