Une émigration canadienne-française au Brésil? [1896]

Rio de Janeiro. 12-12-10. [Eglise São José, place du marché et Ile das Cobras] : [photographie de presse] / [Agence Rol]
Rio de Janeiro. 12-12-10. [Eglise São José, place du marché et Ile das Cobras] : [photographie de presse] / [Agence Rol]
Source: gallica.bnf.fr

La Patrie, 21 août 1896

N’ÉMIGRONS PAS AU BRÉSIL

Nous apprenons que trois cents familles canadiennes-françaises sont inscrites sur le registre d’émigration au Brésil.

Mais c’est de la folie et nos compatriotes devraient réfléchir bien sérieusement avant de partir pour ce pays tropical. S’ils crèvent de faim là-bas, qui les ramènera sur les bords du St. Laurent? Et croient-ils aller faire fortune en travaillant avec des nègres aux plantations?

Le gouvernement fédéral ne doit pas se croiser les bras en face de ce qui se passe et il devrait imiter le gouvernement français qui exige un dépôt ou une garantie d’environ $100,000 de toute agence d’émigration.

Au lendemain de 1870, plus de deux mille Français venus dans notre province sur la foi de brochures qui leur promettaient miel et nectar en abondance et qu’avaient fait circuler les Bossange. Un grand nombre de ces émigrés, saisis par la misère en arrivant ici, rentrèrent en France et les Bossange durent les indemniser pour les avoir trompés.

Nous espérons que le gouvernement Laurier prendra des mesures efficaces pour mettre toues les agences d’émigration sous un contrôle efficace, car il ne faut pas laisser déporter notre population et envoyer nos compatriotes nourrir des fièvres sous les ardents soleils de l’Amérique du Sud.

Nous espérons aussi que nos compatriotes ne s’emballeront pas au point de croire que le Brésil est une Terre Promise.

Rien n’est si beau que son pays, dit la chanson, et c’est toujours vrai.

Pour en savoir plus: « Mad Flight? The Montréal Migration of 1896 to Brazil » par John Zucci. Journal of the Canadian Historical Association / Revue de la Société historique du
Canada, vol. 24, n° 2, 2013, p. 189-217 http://id.erudit.org/iderudit/1025078ar (réservé aux abonnés)
Billets reliés

¿Quién es Eugenio Duchesnois? (Argentine, XIXe siècle)

Le rapatriement [1875]

Faut-il permettre aux Doukhobors de s’établir au Lac-Saint-Jean? [1890]

Qui sont les Home Children?

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Colonisation et immigration, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.