Victime de la boisson [Fitch Bay, 1869]

Cette histoire montre que la modération a bien meilleur goût.

Le Courrier du Canada, 20 janvier 1869

« TRISTE MORT- AVERTISSEMENT. Geo. A. Gustin, fils de M.Loren Gustin, de Fitch Bay, (Canton de Stanstead), âgé d’environ 17 ans, est mort dans les circonstances pénibles suivantes, dimanche dernier au soir. Ce jeune homme, en compagnie de son frère aîné et de plusieurs autres jeunes gens, s’était mis à boire, le samedi soir précédent, à une ou deux maisons. Il but un verre presque plein d’eau-de-vie de première force, et peu à près un verre de « Vieux Rye ». Il partit ensuite pour la maison de son père, avant d’être sorti du village, il s’affaissa dans le chemin, et resta sans mouvement et sans parole. Son plus jeune frère, qui se rendit au logis, reçut l’injonction de ne point dire en quel était se trouvait George. Les camarades de ce dernier le transportèrent alors dans une boutique de forge, où ils le gardèrent jusqu’au matin. La honte les induisit bientôt à le porter dans une grange, à environ un mille de distance, où, après l’avoir veillé près de deux heures, ils devinrent inquiets et envoyèrent chercher du secours; après quoi le pauvre malheureux fut apporté à la maison de ses parents.

Le Docteur Keys fut demandé et lui administra les remèdes ordinaires en pareil cas. On commença bientôt à espérer son recouvrement; mais bientôt après il fut atteint de vomissements et mourut dans la soirée de dimanche.

Le jury, composé de dix-neuf des voisins du père et présidé par Wm Dolloff, Ecr., fut occupé toute la journée de mardi à s’enquérir de la cause de sa mort.

L’examen post mortem que l’on fit sur le cadavre fit découvrir qu’il s’était fait au cerveau un épanchement de sang considérable.

La substance du verdict est que le défunt, George A. Gustin, a trouvé la mort par la suite d’une attaque d’apoplexie hémorragique, causée par l’usage excessif de spiritueux ardents et funestes.

Quel coup pour la famille.

Quel sort pour ce pauvre jeune homme! Bouteille, voilà de tes coups! — (Pionnier de Sherbrooke)  »

Billets reliés
BOISSON SOUS LA TRIBUNE DE L’INSTITUTRICE [MONT-ALBERT, 1936]

A QUAND LES LIQUEURS PURES ET PAS CHÈRES? [1921]

L’ABBÉ J.-N. DUBOIS ET LA PROHIBITION TOTALE [1919]

QU’EST-IL ARRIVÉ À THOMAS DAVIS? (SHERBROOKE, 17 FÉVRIER 1884)

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Crimes et catastrophes, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.