Accident au journal Le Canadien [Québec, 1887]

La presse québécoise de la fin du XIXe siècle rapporte plusieurs accidents en milieu de travail. Cette fois-ci, l’accident se déroule dans un milieu qui, habituellement, est rarement dangereux pour le travailleur.

Le Canadien, 15 août 1887

« ACCIDENT DANS NOS ATELIERS

Un déplorable accident est arrivé samedi midi dans nos ateliers. Notre principal clicheur, M. Fred. A. Craig, qui arrivait de la Basse-Ville, où il était allé pour le service de l’établissement, était occupé à enlever ses chaussures, lorsque passant sous la barre d’appui qui entoure l’espace libre qui se trouve au milieu de chaque étage pour donner de la lumière, il est tombé tête première, d’une hauteur d’environ quinze pieds, sur le carrelage en briques de la chambre des presses.

Le malheureux est resté inanimé sur le carreau et les ouvriers se sont empressés de le relever et de lui porter secours.

En même temps l’un des patrons, M. Louis Demers, qui était présent, envoya en toute hâte quérir un prêtre et un médecin, et un instant après M. l’abbé Mayrand, du vicariat de la Basilique, et le Dr Dionne arrivaient, ainsi que le Dr Morin. Le mourant fut administré, et au cours de la cérémonie il commença à donner signe de vie.

Les médecins ont constaté qu’il n’y avait pas fracture du crâne, mais que la boîte crânienne avait été déplacée. Le cuir chevelu n’était pas fendu.

Par les soins et grâce aux démarches de M. Demers, le malheureux a été admis d’urgence à l’Hôtel-Dieu, où il a été examiné par les docteurs Lemieux et Abern.

M. Craig, qui est marié et père de deux enfants, n’est âgé que de 24 ans et est natif de Montréal. Sa femme est partir vendredi avec un de ses enfants pour faire une promenade à Montréal, laissant son autre enfant à son domicile, rue St-Jean, Haute-Ville, avec une servante.

M. Demers a télégraphié de suite la pénible nouvelle à Mme Craig qui est arrivée hier matin par le bateau et qui est restée depuis auprès de son mari.

Hier soir, le blessé n’avait pas du tout repris ses sens, et son état avait empiré. Le Dr Ahern est d’opinion qu’il n’y a plus d’espoir de le sauver. On attend le père du malheureux. »

Fred. A. Craig est décédé le 15 août 1887 des suites de ses blessures.

Billets reliés
ACCIDENT DE TRAVAIL [COATICOOK, 1879]

DEUX RUSSES FRAPPÉS PAR UN TRAIN AU LAC NOIR [THETFORD MINES, 1930]

L’EXPLOSION D’UN COLIS CAUSE UN DÉCÈS À SHERBROOKE [1913]

UN CHAR ÉLECTRIQUE EN FEU [QUÉBEC, 1893]

Publicités