Le baptême d’un Chinois [Montréal, 1902]

La Patrie, 8 septembre 1902

« LE BAPTÊME D’UN CHINOIS
_
Imposante cérémonie à l’église de l’Immaculée Conception – M. Hum Bow, de la rue Rachel, est entré, hier dans le giron de l’Eglise.
_
Il se propose de catéchiser ses compatriotes
_
L’église catholique compte un enfant de plus.

M. Hum Bow est entré, hier, dans son giron.

M. Hum Bow est un Chinois qui tient une buanderie – naturellement – au No 364 de la rue Rachel, près de la rue St-Denis. Il est né, il y a 25 ans, dans le village de Yum Ung, district de Haï Ping, à 300 milles de Hong Kong. L’histoire de sa vie est des plus simples: Elevé par d’excellents parents avec une grande vigilance, il a reçu une bonne instruction primaire. A l’âge de 16 ans, il convolait en justes noces avec une demoiselle de 13 ans. Et il y a trois ans et demi, il venait à Montréal rejoindre de nombreux parents (il y a une centaine de Hum dans nos murs).

En Chine, M. Hum Bow avait entendu parler des missionnaires catholiques, de leurs oeuvres, de leur dévouement sans bornes à la cause de la religion.  »

[…]

Le journaliste décrit ensuite la cérémonie de baptême.

Baptême de Hum Bow à l'église de l'Immaculée Conception de Montréal. La Patrie, 8 septembre 1902.

Baptême de Hum Bow à l’église de l’Immaculée Conception de Montréal. La Patrie, 8 septembre 1902.

L’article se poursuit ainsi.

« Les parrain et marraine étaient l’échevin et Mme Hébert, mais le néophyte, très ému, il est vrai, a répondu lui même, en latin d’abord, puis en anglais.

Il a reçu le prénom de Thomas.

Ce matin, il a fait sa première communion.

Hum Bow. La Patrie, 8 septembre 1902

Hum Bow. La Patrie, 8 septembre 1902

Prochainement, M. Thomas Hum Bow partira pour la Chine où l’attend sa jeune épouse qu’il amènera au Canada dans cinq ou six mois. Et, catholique aussi zélé que convaincu, il se propose de réunir souvent autour de lui, à son retour, les nombreux Hum de Montréal, afin de les catéchiser.

M. Thomas Hum Bow a des goûts occidentaux; il s’habille comme vous et moi, ne porte par la natte traditionnelle et ne fume pas l’opium.

Espérons que, grâce à son concours, il y aura bientôt à Montréal une importante colonie de Chinois catholiques. »

On peut voir l’acte de baptême ici (no 303).

Billets reliés
Portraits de membres de la communauté asiatique au Québec 1850-1945

Magasin chinois [1888]

Une fête chinoise à Montréal [1921]

La guerre à l’opium [Montréal, 1906]

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Colonisation et immigration, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.