Ils s’étaient crus frère et soeur [Worcester, Mass. 1909]

La Patrie, 13 septembre 1909

« IDYLLE FRANCO-CANADIENNE

__
COMMENT DEUX JEUNES GENS QUI S’ÉTAIENT CRUS FRÈRE ET SOEUR DEVIENNENT D’HEUREUX EPOUX.
__

Josephine Lamoureux. La Patrie, 13 septembre 1909

Josephine Lamoureux. La Patrie, 13 septembre 1909

WORCESTER, Mass. – Alfred E. Carpentier et Joséphine Bernard, enfants adoptifs de M. et de Madame Clément Lamoureux, de Dodge-Village, Carlton, viennent de partir en voyage de noces.

En février 1887, les époux Lamoureux avaient adopté la petite Joséphine Bernard, dont le père, Olivier Bernard vit encore et habite Spencer.

Joséphine était encore un bas âge lorsque Alfred Carpentier, dont la mère venait de mourir fut également adopté par les parents adoptifs de la petite Bernard. Le père de Carpentier habite Whitinsville.

L’ILLUSION

On laissa les deux enfants dans l’illusion qu’ils étaient frère et soeur et que leur père et mère étaient les époux Lamoureux.

Alfred et Joséphine grandirent ainsi, ayant l’un pour l’autre une affection profonde comme il en existe entre frère et soeur.

Alfred était un caractère vif et turbulent; Joséphine était calme et conciliante; les deux enfants s’accordaien à ravir.

Les années s’écoulèrent: Alfred a aujourd’hui 23 ans et Joséphine 22.

Il y a quelques temps, un jeune homme chercha la main de la jeune fille. Alfred éprouva un vif chagrin de voir celle qu’il pensait sa soeur parler avec affection à un autre qu’à lui. La jalousie s’empara de son coeur et il faisait pitié à voir, tant sa bonne humeur d’autrefois avait disparu.

Alfred Carpentier, La Patrie, 13 septembre 1909

Alfred Carpentier, La Patrie, 13 septembre 1909

La jeune Joséphine désolée de voir ainsi souffrir son prétendu frère, se rappela qu’un jour celle qu’elle considérait comme sa mère étant tombée très malade l’avait appelée près de son lit et lui avait dit qu’elle n’était pas sa véritable fille mais qu’elle l’avait adoptée quelques jours après sa naissance et l’aimait comme sa fille.

Joséphine était très jeune à l’époque de cette confidence. Lorsque sa mère adoptive revint à la santé elle lui dit que cette histoire était l’effet de la fièvre et lui défendit d’en parler à Alfred.

Aujourd’hui un éclair se faisait dans l’esprit de la jeune fille: elle raconta toute l’histoire à son frère, qui fit des recherches de son côté et découvrit son véritable état civil et celui de celle qu’il aimait.

Sans plus tarder les jeunes jeunes gens firent les démarches nécessaires, et mercredi matin, dans l’église du Sacré-Coeur de Carlton, le Rév. Père J. J. Bell bénissait l’union de ceux qui s’étaient considérés si longtemps comme frère et soeur. Les heureux époux sont partis en voyage de noces, sans paraître trop tristes, les ingrats! des pleurs de leur mère adoptive. »

Voici un extrait du registre des mariages de Charlton, Massachusetts. Le mariage a eu lieu le 6 septembre 1909.

mariagecharlton1910

Pour terminer, grâce aux recensements américains,on peut suivre la progression de la famille.

Recensement américain de 1920

Recensement américain. Le couple a quatre enfants: Agnès, Rita, Raymond et Ernest.

Recensement américain de 1920, Charlton, Mass. Le couple a quatre enfants: Agnès, Rita, Raymond et Ernest.

Recensement américain de 1940

1940

Billets reliés

Une histoire de bigamie [1869, St-Thomas de Pierreville]

Qui va les adopter? [1923]

Les Franco-Américains et le 4 juillet [Lowell, Mass. 1890]

Un anarchiste canadien-français à New York [1914]

Publicités

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Généalogie, Histoire des francophones hors Québec, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Ils s’étaient crus frère et soeur [Worcester, Mass. 1909]

  1. Pierre Lagacé dit :

    A reblogué ceci sur Nos ancêtres IIet a ajouté:
    Une belle histoire de Vicky

    J'aime

Les commentaires sont fermés.