Le médaillon de Godefroy Guillemain [1871]

Le Canadien, 17 juillet 1871

« ANTIQUITÉ. – Dans la journée de mercredi, des ouvriers occupés à creuser une excavation en face du magasin de MM. Frothingham et Workman, rue St. Paul, près du bureau des douanes, ont trouvé dans les fondations d’une ancienne construction, un médaillon de cuivre d’environ six pouces de diamètre, portant sur un de ses côtés l’inscription suivante: 1721, Godefroy Guillemain. L’autre côté devait porter sans doute la même inscription, mais les caractères étaient effacés par le temps.

Les antiquaires de Montréal assurent que sur cet emplacement s’élevait autrefois la maison des gouverneurs français. (Pays).  »

Billets reliés
Les démolitions à Québec [1871]

Photographies: jouets anciens du XIXe et du XXe siècle

Trois squelettes découverts lors de fouilles archéologiques à Québec en 1878

Inauguration du monument Maisonneuve [Montréal, 1895]

Publicités

2 commentaires

  1. Très intéressante découverte. Cependant, il n’y a aucun Godefroy Guillemain dans le Dictionnaire Jetté, ni au PRDH. Qui est-ce alors ?

    Hypothèse : Le médaillon aurait appartenu à Charles Guillimin (v. 1668-1739) qui épousa Françoise Lemaître de La Morille en 1710. Il fut marchand, notamment à Montréal. Sa biographie est au DBC en ligne http://www.biographi.ca/fr/bio/guillimin_charles_2F.html

    Une recherche dans la base de données Adhémar, ne lui attribue pourtant ni propriété ni location, que ce soit en 1704 ou en 1721.

    Le magasin-entrepôt Frothingham et Workman, qui se trouvait aux 157-163 Saint-Paul Ouest, correspond aux lots 172 et 173 du Second Terrier de Montréal. http://www.vieux.montreal.qc.ca/inventaire/fiches/fiche_bat.php?id=0040-41-4063-01&mat=0040-41-4063

    La propriétaire de ces lots, en 1704 et 1725, était Marguerite Poulain, veuve de François Lemaître La Morille, et sa succession. Ces derniers étaient les parents de Françoise, ainsi les beaux-parents de Charles Guillimin, par son mariage en 1710.

    On peut suggérer que ce lieu ait été la résidence du couple Guillimin à Montréal, à la fois le lieu d’affaires de Charles, ce qui explique la présence du médaillon.

    Quant au prénom Godefroy, s’il n’est pas une mauvaise lecture de l’inscription sur l’objet, il peut avoir été le second prénom donné à Charles à sa naissance. Les nobles d’origine bretonne comme lui en avaient en effet plusieurs.

    S’il était retrouvé, ce médaillon livrerait aujourd’hui son lot de secrets…

    Louise Trudeau

    J'aime

  2. Hypothèse très intéressante! Merci pour votre recherche!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.