Décédée à cause d’une boule de neige

Combien de fois, lorsque nous étions petits, nos mères nous ont-elles averties que lancer des boules de neige, c’était dangereux? En voici la preuve.

Le Progrès de l’Est, 2 avril 1886

-On s’est ému à bon droit en ville de la fin tragique de la jeune fille Adélaïde Raymond, âgée de 22 ans, originaire de Rimouski, et employée à la fabrique Paton, morte avant-hier des suites d’une concussion du cerveau, causée par une boule de neige qui lui avait été lancée, il y a huit jours, à la sortie de la fabrique, et l’avait atteinte dans l’oreille. L’enquête s’est continuée hier soir, à l’hôtel Desruisseaux, quartier-Est. On avait attendu le retour du Dr Paré qui était absent hier à Weedon.

Fille de William Raymond et Virginie Thibeault, âgée de 23 ans au moment du décès, selon l’acte de sépulture (paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sherbrooke).

Le Progrès de l’Est, 6 avril 1886

-On rapporte que le gars qui a lancé la boule de neige à la tête de l’infortunée fille Raymond, est un jeune Lefebvre, qu’on rencontre rarement, paraît-il, sans le trouver avec quelque projectile à la main. Il y a deux versions touchant le cas actuel. Les uns disent que c’est un morceau de glace, détaché du sabot d’un cheval, qui a été lancé à la tête de la victime. Quelle leçon pour l’auteur de ce méfait! Quel remords il devra éprouver toute sa vie à la pensée de ce moment d’oubli! L’autre jour, M. A. Paton, le directeur de la manufacture, a fait aux employés une leçon qui produira probablement de bons fruits. A bas cette pratique barbare et stupide des boules de neige!

Billets
Drame à Saint-Alban, 23 février 1890

Une voiture électrique à Sherbrooke en 1912

L’explosion d’un colis cause un décès à Sherbrooke [1913]

Explosion dans une usine d’obus [Sherbrooke, 1917]

11 conseils pour éviter les effets pernicieux du patinage [1866]

Publicités