Décès accidentel de Maurice Gagné [Ste-Rose-de-Watford, Bellechasse, 1889]

Le Progrès de l’Est, 15 mars 1889

Beauce
– M. Maurice Gagné, jeune colon de Ste-Rose, comté de Dorchester, partit le Mercredi des Cendres, pour aller dans le bois voisin, enlever la neige qui encombrait le toit de sa cabane à sucre. Rendu là, on suppose qu’il a voulu étançonner la poutre transversale qui soutenait le toit, car on a trouvé, près de lui, un étançon frais coupé ainsi que sa hache. Le malheureux a été trouvé enfoui sous les décombres, par sa femme qui s’était rendue aux bois en voyant l’absence prolongée de son mari. On ne saurait peindre la consternation et la douleur de la jeune femme, quand elle constata toute l’étendue de son malheur. Elle eut néanmoins la force surhumaine de se rendre en pleine neige chez les voisins, dont la demeure était assez éloignée, pour annoncer son malheur et requérir leurs services. Le soir elle perdit connaissance et ne la recouvra que dans la nuit. L’enquête a été tenue et le jury rendit un verdict conforme aux faits. Le défunt était âgé de 27 ans, et laisse une épouse et deux petits enfants.

Maurice Gagné (fils d’Octave Gagné et d’Archange Belleau) a été inhumé à Ste-Germaine-du-Lac-Etchemin le 9 mars suivant. Il était l’époux d’Elmire Poliquin, fille d’Honoré Poliquin et de Geneviève Bourget. Leur mariage a célébré le 18 février 1884 dans cette paroisse. Ils ont eu deux enfants, baptisés à Sainte-Justine, soit Marie-Claire Alphonsine (née en 1884) et Marie Joséphine (née en 1888). Elmire Poliquin s’est remariée le 5 septembre 1894 à Ste-Rose-de-Watford avec William Laflamme.

Source: BMS de la paroisse de Sainte-Justine 1862-1912 par Germain Royer ainsi que les registres des paroisses de Ste-Germaine-du-Lac-Etchemin et Ste-Rose-de-Watford (Family Search).

Billets reliés
Elle donne naissance à des jumeaux pour la quatrième fois [St-Malachie, 1935]

Rencontre fatale avec des gardes-chasse américains [1902]

Le moulin de Metgermette [Sainte-Aurélie, 1874]

Des nouvelles d’une paroisse de colonisation: Saint-Zacharie de Metgermette [1881]

Publicités

2 commentaires

  1. Je ne connaissais pas ce très beau mot utilisé par le journaliste de la Voix de l’est

    Étançonner (v. trans.)

    1.soutenir qqch à l’aide d’une pièce de bois placée verticalement.

    On est aussi porté à croire que la pauvre Elmire Poliquin a bien failli y passer elle-aussi elle qui « le soir, perdit connaissance et ne la recouvra que dans la nuit. »

    J'aime

  2. J’ai dû chercher ‘étançonner’ dans le dictionnaire lors de la retranscription de cet article. Très beau mot en effet.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.