Inhumé dans la partie du cimetière paroissial réservée ad hoc [St-Anselme, 1881]

Par Vicky Lapointe

Aujourd’hui, je vais vous raconter un drame vécu par la famille Aubin de Saint-Anselme, Québec, en 1881.

Denis Aubin et Esther Giasson se sont mariés à St-Anselme le 10 novembre 1855.Le recensement canadien de 1871 à St-Anselme nous apprend que Denis Aubin et sa femme étaient analphabètes. Denis cultivait la terre pour faire vivre sa famille composée de six enfants soit Esther (14 ans), Séraphin (10 ans), François (8 ans), Marie (6 ans), Louis (4 ans) et Rozalie (3 ans).

10 ans plus tard, le 6 avril plus précisément, le recenseur s’est de nouveau arrêté chez les Aubin. La famille demeure toujours à Saint-Anselme. Une fillette s’est ajoutée à la famille, Louise, née vers 1875. L’âge indiqué pour Louis, soit 17 ans, est inexact. Les garçons aident leur père sur la ferme. Les deux plus jeunes, Rose (Rozalie) et Louise vont à l’école. L’autre soeur, Marie, 18 ans, est atteinte d’aliénation mentale.

Quelques semaines plus tard, Louis, 14 ans, est retrouvé pendu dans une grange appartenant à sa famille. Le coroner, le Dr A. Morisset concluera à un suicide.

Louis avait vu le jour le 27 décembre 1866 à St-Anselme.

Dans son édition du 27 octobre 1881, Le Canadien qualifie la famille Aubin de « mendiants ». Le drame s’expliquerait par « la misère et l’abrutissement ». Le journaliste a-t-il lu le rapport du coroner? A-t-il parlé à des paroissiens de Saint-Anselme? On l’ignore.

L’inhumation a eu lieu le 26 octobre à Saint-Anselme. Notez que Louis Aubin a été inhumé « dans la partie du cimetière paroissial réservée ad hoc » (la section non consacrée) après permission du coroner.

Registres paroisse Saint-Anselme, S33, 19e feuillet. Family Search.

Sources consultées:

Base de données Les enquêtes des coroners des districts judiciaires de Beauce, 1862-1947, de Charlevoix, 1862-1944, de Montmagny, 1862-1952, de Québec, 1765-1930 et de Saint-François (Sherbrooke), 1900-1954 (BANQ)

Le Canadien, 27 octobre 1881

Autres billets à lire

A propos Vicky Lapointe

Mon nom est Vicky Lapointe. J'ai une formation en histoire (baccalauréat et maîtrise en histoire, Université de Sherbrooke). Mon blogue explore différentes facettes de l'histoire et du patrimoine du Québec et des Francos-Américains aux XIXe siècle et XXe siècles. Je vous raconte ici des moments de notre petite histoire (j'affectionne particulièrement l'histoire du crime) et je vous présente aussi des articles de journaux d'antan.
Cet article, publié dans Personnages et événements, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Inhumé dans la partie du cimetière paroissial réservée ad hoc [St-Anselme, 1881]

  1. Clovis Paquin dit :

    À ma connaissance, toutes les paroisses avaient une partie de cimetières non consacree, reservee aux defuns ayant manques aux lois de l’Eglise, dont l’interdiction du suicide. Dans le langage populaire de ma region, cet endroit etait connu sous le nom de ´cimetiere des chiens’. Clovis Paquin, historien.

    J'aime

  2. Ping : Inhumé dans la partie du cimetièr...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s